Litige foncier : Le Collectif de Cobalacoura exige l’arrêt de démolition de leur terrain et le payement des dégâts causés par l’ACI

Depuis le 24 septembre 2016, un litige foncier oppose le Collectif de Cobalacoura à l’Agence de cessions immobilières (ACI). C’est précisément à cette date que l’ACI a entamé la démolition de certaines maisons à usage d’habitation pour des raisons de viabilisation dans le village de Cobalacoura (Arrondissement de Baguinéda, cercle de Kati, région de Koulikoro). Furieux de cet état de fait, les victimes (plus de 270 personnes) regroupées en collectif ont tenu le dimanche 6 novembre 2016, une assemblée générale dans ledit village pour non seulement exiger de l’ACI, la cessation de destruction des lots mais aussi le paiement des maisons détruites par l’agence.

demolition destruction anarchique maison fonciere etage

Plusieurs membres du collectif ont répondu présent à cette assemblée générale pour défendre la cause commune. Parmi eux, on peut citer, le président du Collectif, Gaoussou Karembé, son adjoint, Siaka Traoré, les autres membres du Collectif comme Aliou Niangado, Aliou Maïga, Mohamed Diallo et bien d’autres. Selon les organisateurs, l’objectif de l’assemblée générale est de s’organiser pour faire face au litige foncier qui les oppose l’ACI.

«Nous souhaitons l’arrêt de démolition de nos terrains et le remboursement des dégâts causés par l’ACI. Les dégâts causés sont énormes car il y avait des gens qui avaient déjà investis plus de 3 millions de F Cfa dans leurs terrains, alors que plus de 20 terrains ont été démolis par l’ACI. Les membres du collectif ont plus de 60 hectares à Cobalacoura», a souligné le président du Collectif, Gaoussou Karembé.

Quant au vice-président du Collectif, Siaka Traoré, il a souhaité le respect strict de la loi. Avant d’ajouter qu’ils ont tous les papiers nécessaires pour leurs terrains (lettre d’attribution, permis d’occupation et des titres fonciers). Selon lui, l’ACI a 629 hectares dans la localité mais qui sont différents de leurs parcelles. Il a invité le président de la République de s’impliquer personnellement pour la gestion de ce litige qui les oppose à l’ACI.

Pour sa part, le doyen du collectif, Aliou Niangado a expliqué tous les aspects de ce litige foncier commencé le 24 septembre dernier par la démolition des parcelles. «Les bulldozers de l’ACI ont cassé nos terrain sans autorisation ni rien. Nous avons été chef le CB (chef de brigade) de Baguinéda pour expliquer le problème. C’est ainsi qu’il a donné des instructions fermes pour la cessation de la démolition. Nous sommes dans une crise depuis 2012 et on ne veut pas en rajouter. Nous ne souhaitons pas un soulèvement dans notre localité mais nous sommes prêts à mourir pour nos terrains. Nous demandons à l’ACI et aux autorités de savoir raison-garder», a martelé le doyen Aliou Niangado.

Mohamed Diallo qui se réclame comme un autochtone de Cobalacoura a fait savoir qu’ils vont introduire une plainte pour que tous les dégâts causés par l’ACI soient payés. «Toutes les maisons démolies seront payées. Nous allons nous ériger en muraille pour empêcher toutes les démolitions», menace Mohamed Diallo, membre du Collectif.

Aguibou Sogodogo

Source : Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.