L’histoire se répète

Il sera raconté dans les manuels d’histoire qu’un certain 15 août 2022, le dernier soldat français de l’Opération Serval devenu Barkhane quittant la Base opérationnelle désert de Gao a traversé la frontière du côté du Niger… Sous des huées ? L’histoire n’est pas sans rappeler le départ de cet autre dernier soldat français de notre territoire le 5 septembre 1961, à la Base 162 de Bamako, actuelle Place d’armes du Génie.

 

Si les populations avaient accueilli dans l’allégresse et la ferveur les soldats français comme des saveurs, partout avec des scènes de liesses populaires, aujourd’hui c’est sans aucun regret qu’elles consentent laisser ceux qu’elles qualifient ouvertement 9 ans après, à l’instar de la société civile de Gao, de complices des terroristes. Notamment après l’attaque de Tessit contre les FAMas. Et c’est ingratitude, qu’elles demandent aux autorités maliennes de porter plainte contre la France pour complicité dans cette attaque meurtrière et toutes autres agressions meurtrières contre les populations et les Forces de défense et de sécurité maliennes. Pour beaucoup de Maliens, et d’amis du Mali, c’est un jour histoire à marquer d’une pierre blanche dans les annales de l’histoire. En ces moments d’euphorie, des voies plus sereines appellent à la vigilance, l’ex-ami congédié n’étant que de l’autre côté de la frontière. Alors prudence, rien n’est encore gagné au plan sécuritaire. Mais sur celui de la souveraineté, c’est un pas de géant.

Page d’Histoires : La France enfin hors du Mali. Un immense pas vers la souveraineté et la sécurité de ce pays au potentiel volontairement étouffé. Lentement mais sûrement Assimi Goïta et son peuple ouvrent une nouvelle histoire glorieuse du Mali avec l’appui de la Russie. Le plus dur est à venir.

Yatt Muhammad Cinq : Barkhane a définitivement quitté le Mali… Félicitations aux maliennes et maliens qui se sont battus pour le départ définitif de la force Barkhane, les autorités actuelles mais surtout le vaillant Peuple Africain du Mali.

Cette victoire nous l’avons eu de la plus belle des manières sans ingratitude ni insulte du passé. Maintenant il nous appartient de bâtir, ensemble main dans la main, une trame sécuritaire et sociologique capable de résorber la menace pesante pour que jamais d’autres n’aient à regretter ce jour et les jours qui y ont conduit. Que Dieu bénisse le Mali et que les Maliens s’unissent pour le Mali.

Amadou Diallo : Ceux ou celles qui dénigraient les jeunes de Gao, vous devriez comprendre par vous-même que vous aviez tort. Car, Barkhane vient de leur donner raison. Sans pression, les français n’allaient jamais communiqué sur leurs vraies intentions. Mieux, cette marche est le meilleur démenti à la campagne mensongère et d’intox des français sur leurs médias de propagande faisant croire à leur opinion publique que ce sont les Maliens qui leur font la cour et non le contraire. Cette marche des jeunes démontre à suffisance le ras-le-bol de la population malienne dans leur grande majorité contre la présence des forces d’occupation sur notre sol.

Que Dieu sauve le Mali…

If SOra : Merci et au revoir ! Personne ne va pleurer. On vous a aidé à libérer votre pays dans le passé donc arrêter avec vos : « C’est le Mali qui nous a appelé… ». D’autant plus que c’est à cause de votre intervention en Libye que les terroristes sont au Mali.

Justin Case    : La France a perdu des enfants, tombés pour protéger un pays qui nous a chassé alors que le terrorisme est toujours présent sur son sol Je souhaite bien du bonheur au peuple Malien qui, loin de Bamako, sera bientôt tiraillé entre des groupuscules armés et Wagner…

Foussoukou : C’est une journée historique aujourd’hui pour le peuple malien d’avoir chassé la force impérialiste de notre sol. 15 août2022. Peu importe que ce soit le jour d’assomption !

Gangara Ndiaye, ing. PMP : Espérant que vous n’avez pas laissé de charniers derrière, allez au diable ! Les Populations du Niger vous attendent de pied ferme. Votre plan diabolique de vous accaparer. Le Sahel sera mis à l’échec. La lutte contre le terrorisme n’en est qu’un prétexte fallacieux.

Mahmoudou SORE : C’est la fin de 9 ans d’opération d’humiliation. Quelle honte avec tout le matériel du monde, le bilan est jugé nul, mitigé.

Je suis KOBE : L’histoire aurait pu être écrit autrement. Je me rappelle du jour où la France a intervenu au Mali tout le monde applaudissait. On était tous content. Avec du recul, je me rends compte que c’était une erreur des deux partis. Qu’Allah bénisse le Mali

Bori : Après 9 ans de présence avec un bilan désastreux, ils s’en vont enfin. Au lieu de rentrer en France ils se cantonnent au Niger. Quelle honte. Je ne me réjouirai que quand ils quitteront le Niger. Quelqu’un au Kremlin a dit que «les choses sérieuses ne font que commencer». Walaye.

KEMET : Pourquoi redéployer Barkhane au Niger ? Est-ce qu’on demande au moins l’avis des peuples africains avant ces transferts ? Laissez les africains régler eux même leurs problèmes. Toutes les bases militaires russes, chinoises, françaises, européennes, américaines, de l’Onu doivent partir.

Ibrahim Diarra : Les derniers soldats français de l’opération barkhane ont quitté le territoire malien. A son temps, Modibo Keita les avait chassés. Ils sont revenus puis nous les avons de nouveau chassés. A nous de tout faire pour ne pas qu’ils reviennent une fois de plus.

HLMalien : Merci à la France pour l’opération Serval qui a permis de libérer le Mali en 2013, jusqu’à Tombouctou et Gao. La grosse erreur impardonnable, c’est de s’être autorisée à donner une partie du Mali à des séparatistes qui travaillent avec les djihadistes et de tout gâcher.

Le droit des Maliens : La France en 9 ans ne nous a même pas donné un couteau. En plus, elle a passé son temps à bloquer nos armements (pour des droits de je ne sais quoi). Appeler la Russie comme vous voulez, mais nous Maliens pouvons voir que le Mali a perdu un temps précieux avec la France.

Fode Camara : Les forces françaises de l’opération Barkhane ont été inefficace dans la lutte contre le djihadisme au sahel, en particulier au Mali. La France avait d’autres ambitions, des prétentions et un agenda caché dans le grand désert malien. Le peuple malien apporte son soutien sans faille au président Assimi Goïta et aux autorités de la transition.

Emmanuel Brouard : Vous auriez voulu que l’armée française fasse tout le boulot toute seule ? Sérieusement, la France ne pouvait pas envoyer un énorme contingent, elle a aussi d’autres priorités. Donner un coup de main, ok, mais il aurait fallu que l’armée malienne prenne le relais. Or elle n’a pas fait preuve d’une immense efficacité… C’est d’ailleurs pour ça que la France est intervenue. Maintenant les putschistes ne veulent plus de l’aide française, donc bye-bye, débrouillez-vous.

Source : Info-Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.