Les moutons de Tabaski : Le calvaire des conducteurs recommence

Voilà que la fête de Tabaski se pointe à l’horizon. Tous les Maliens accourent ces derrière le temps pour l’organisation de la fête de Tabaski prévue pour le 15 Octobre. Les parents sont en plein recherche d’argent pour les habits de fête et autres parures. Mais l’achat du mouton est primordial.

marche mouton mali

Ainsi, il faut aussi souligner que l’arrivée des moutons en grand nombre crée souvent des problèmes  aux usagers. Ces  derniers temps, les vendeurs  de moutons font promener les bêtes dans les rues et ruelles au lieu de les amener dans les endroits aménagés pour leur vente. Le fait que ces moutons traversent les routes provoque, à longueur de journée, des accidents. Car  vu le nombre de moutons qu’une seule personne doit  surveiller, souvent ils sont difficiles à contrôler.

Cette situation est due à plusieurs choses :

Gouro Bah, vendeur de mouton : « chaque année, j’amène des moutons pour les vendre à l’approche de la fête de Tabaski. Mais depuis que j’ai commencé ce commerce, je suis allé m’installer à Niamana une seule fois pour vendre mes moutons, dès lors, je les vends en me promenant. J’ai commencé la vente ambulante, car quand tu vas dans les lieux collectifs de vente, souvent il n’y a pas beaucoup de clients.

Aussi souvent quand tu vas à la rencontre des clients, cela aussi  incite beaucoup de gens à acheter. Car il n’y a pas question de chercher un autre moyen pour transporter le bélier à la maison. »

Djibril Sissoko, professeur : «la vente des moutons dans les rues et  les ruelles, nous savons que ce n’est pas une bonne chose, mais le malien n’aime pas la droiture. Tout le monde  veut tout avoir facilement. On se dit que quand on va acheter un mouton, il nous faut payer encore pour l’amener à la maison. Chose qui fait que les gens transportent les moutons à moto. Ce qui est dangereux, car les béliers ont une force extraordinaire, et à tout moment, il peut faire tomber le conducteur. Les maliens doivent tout simplement commencer à changer de mentalité, qu’ils  fassent les choses correctement. ».

Sékou Keïta  technicien de radio : « la prolifération des moutons en cette approche de la fête de Tabaski cause beaucoup de problèmes comme les accidents de circulation. Souvent  les moutons peuvent  s’agiter ou se battre dans la rue. Cela  peut être fatal pour un enfant ou même un adulte qui passe. Ainsi, les autorités doivent tout faire pour le retour des vendeurs  dans les lieux collectifs aménagés à cet effet.  Les  vendeurs devraient savoir qu’il n’est pas normal de se promener  avec les moutons dans la rue comme bon leur semble. Les populations aussi doivent savoir que pour leur bien-être, elles ne doivent pas encourager les ventes  ambulantes dans les rues.

Aminata Sanogo

Source: L’Annonceur

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *