Les brèves…. Bras de fer entre la direction de la police et le syndicat : Le SPN s’insurge contre des mutations abusives

 

POLICE nationale marche protestation greveLe désamour semble consommé entre le Syndicat de la Police Nationale (SPN) et la direction de la police nationale. Cela fait suite à la décision signée en date du 4 avril par le Directeur général de la police nationale, le Contrôleur général Moussa Ag Infahi. Décision relative aux mutations de trois membres influents du SPN. Selon le syndicat, ce ne sont pas les mutations en elles-mêmes qui fâchent, mais les petits calculs que cela cacherait.

En effet, le commissaire Yaya, Secrétaire aux revendications, se voit muté à Bandiagara et le commissaire Moussé M’baye, Secrétaire administratif, doit déposer sa valise à Gao. Quant au Secrétaire aux relations extérieures, le commissaire Moussa Youba Diarra, il part faire valoir ses compétences à Tombouctou. Sans oublier bien d’autres au niveau de Bamako.

Selon le Sergent-chef Daouda Cissé, Secrétaire général du SPN, il s’agit purement et simplement d’une tentative de déstabilisation de leur structure syndicale. Par ces mutations ciblées, la direction voudrait sévir contre ces trois hommes qui ont refusé d’adhérer au syndicat qui lui est proche, donc plus favorable. Ce qui serait une violation flagrante de la constitution en ses articles relatifs aux libertés syndicales. Pour ce faire, le Ségal du SPN a pris son bâton de pèlerin pour décrier ce qui est devenu une habitude de la part de leur direction chaque fois que des revendications sont déposées sur la table.

Pour preuve, le Sergent-chef Cissé cite les affres commis par  l’ex-directeur général de la police nationale, HamidouKansaye. Ce dernier avait fait radier l’Adjudant Youssouf Fofana de l’effectif en décembre 2014 pour des raisons de lutte syndicale. Il avait aussi forcé certains membres à se retirer de la lutte syndicale pour préserver leur place dans les rangs de la police. Siméon Kéita est aussi en prison. Pour sa part, le SPN qui n’entend pas se laisser faire, envisagerait des mesures de défense ces très prochains jours. Attendons de voir.

SELON MAHAMANE BABY, MINISTRE DE L’EMPLOI : Le manque d’emploi exacerbe les conflits

C’était le jeudi 14 avril 2016, lors de la première journée scientifique de l’observatoire national de l’emploi et de la formation (Onef). L’objectif de cette journée est d’offrir un cadre d’échanges et de partage des résultats des études menées par l’Onef. Pour le ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, Mahamane Baby, le manque d’emploi exacerbe les conflits et nourrit les flux des plus aléatoires de la migration.
CONSEIL DU DISTRICT DE LA MAIRIE : Des projets structurants soumis à l’examen des élus municipaux

La mairie du district a tenu, le jeudi 14 avril 2016, sa 1ère session extraordinaire au titre de l’année en cours, sous l’égide du deuxième adjoint au maire central.
L’examen et la délibération des projets relatifs au budget et au contrat plan Etat/Mairie étaient à l’ordre du jour. Selon le deuxième adjoint au maire, Ibrahima Dioné, la session revêt une grande importance, car elle s’inscrit dans la mission régalienne de nos élus municipaux. Et à l’occasion, ils se devaient d’examiner les projets structurants qu’ils ont identifiés et qui prennent en charge les six communes du district.

Les projets de budget additionnel et de virement de crédits au budget étaient également à l’ordre du jour. Soulignons que le projet de virement de crédits au budget 2016 est d’un montant de 701 000 000 FCFA. Comme l’a rappelé M. Dioné, les projets structurants proposés au contrat plan Etat/ Mairie du district, concernent les domaines de la mobilité urbaine, l’assainissement, les équipements marchands, la protection de l’environnement, de la santé et de la sécurité. Notons que les différents travaux des maires gardent en ligne de mire la bonne organisation du Sommet France-Afrique, prévu en janvier 2017.

IMMIGRATION : Le Mali et l’UE accordent leurs violons

Le Mali et l’Union européenne (UE) conviennent de «gérer ensemble» l’immigration, en finançant des projets pour lutter contre ses causes et promouvoir la migration légale, selon un communiqué conjoint publié vendredi au terme de la visite à Bamako du ministre néerlandais des Affaires étrangères. L’UE avait décidé à La Valette d’aider financièrement l’Afrique pour endiguer les flux de migrants, avec un fonds d’1,8 milliard d’euros.

MENAKA : Plus de 10.300 réfugiés de retour

Plus de 10.300 réfugiés, en provenance principalement du Niger, se sont installés dans la région de Ménaka.  Des réfugiés maliens vivant au Niger retournent progressivement depuis plusieurs mois dans leur région d’origine. Ce retour volontaire a commencé en avril 2014, où 1.600 personnes avaient déjà regagné en quelques jours le pays. Les candidats au départ sont partis spontanément du camp de Mangaize dans la région de Tillabéry au Niger pour regagner Ménaka. Ces déplacements se sont faits en concertation avec le Haut Commissariat pour les Réfugiés qui a appuyé ces retours.

FRONDE SOCIALE : La Cstm projette une marche de protestation le 21 avril 

Le bureau exécutif national du Syndicat national de l’éducation de base (Syneb), membre de la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM), a organisé hier un meeting d’information au Centre islamique de Bamako. En la circonstance, le secrétaire général de la CSTM, HamadounAmionGuindo, a informé ses militants du projet de marche pacifique de protestation contre les violations des droits de l’homme au Mali, le 21 avril prochain.

APRES SON OPERATION A PARIS : IBK se remet tout doucement 

Le président Ibrahim Boubacar Kéita est toujours en convalescence à Paris après une opération d’une tumeur bénigne. Il récupère bien, affirment son entourage et un communiqué officiel. On ne connaît pas encore la date de son retour à Bamako.
Un ouf de soulagement pour les Maliens qui avaient retenus leur souffle quand ils ont appris la triste nouvelle de l’opération de leur Président.

POLICE NATIONALE : Le Directeur régional en tournée

Dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles de ses éléments, le Directeur régional de la police nationale, le Commissaire divisionnaire Siaka Sidibé, a entrepris une tournée dans les commissariats du district de Bamako. Ce qui l’a amené, tour à tour, aux commissariats des 2e, 5e et 9e arrondissements du district. C’était dans la matinée de ce 13 avril 2016. Il s’agissait pour lui de prendre attache avec ses hommes. A l’occasion, il a effectué une visite des locaux avant d’exhorter le personnel au travail bien fait et surtout à la ponctualité. Pour cette tournée, il avait à ses côtés les chefs d’unités pour plus d’impact.
SUCCESSION DE BAN KI-MOON A L’ONU : Aucun Africain sur les neuf candidats

Le lobbying pour la succession de Ban Ki-moon, actuel Secrétaire général de l’ONU, bat son plein en ce moment. Les élections qui sont prévues pour se tenir le 1er janvier 2017 enregistrent neuf candidatures dont celles de 4 femmes. Déjà, les aspirants au poste le plus élevé de l’institution mondiale se sont prêtés à une audition devant l’Assemblée Générale, du 12 au 14 avril, en vu de présenter leur programme. Mais qui sont ces hommes et ces femmes ?

Le poste de Secrétaire Général de l’ONU ne s’obtient pas sans lobbying. Il obéit aussi à des règles qui, bien que pas toujours écrites, pèsent de tout leur poids.

Pour illustration, la France exige que le futur locataire de l’immeuble de verre à New-York soit familier à la langue de Molière. Il y a aussi un système de gestion tournante qui privilégie l’Europe de l’Est pour cette élection-ci. Il y a aussi le fait que la tendance est très forte actuellement de confier aux femmes les fonctions les plus hautes, surtout celles auxquelles elles n’ont pas encore eu accès.  Un autre fait non moins important, sur les neuf candidats, aucun Africain ne figure sur la liste.

Voici le profil de chacun d’eux.

Irina Bokova

Actuelle Directrice générale de l’Unesco depuis 2009, cette diplomate bulgare présente le meilleur profil. Pour avoir été ambassadrice de son pays en France, elle garde de très bonnes relations avec le pays de François Hollande, qui est un membre très influent de l’Institution. Ce sont surtout ses prises de positions lors des destructions de monuments classés « Patrimoine mondial », en Syrie et au Mali, par les terroristes islamistes qui lui ont bâti une image de femme de poigne lorsqu’elle parla de « crimes contre la culture ». Pour avoir aussi été Ministre des Affaires étrangères de son pays, elle dispose d’un carnet d’adresses très fourni. Son audition face à l’Assemblée générale semble avoir été très appréciée. En plus du bulgare et du français, cette femme de 63 ans parle l’anglais et l’espagnol.

Hélène Clark

Agée de 66 ans, l’ancienne Première ministre de la Nouvelle Zélande apparait en bonne position. Cette ancienne de la maison, elle occupe le poste de directrice de Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud) depuis 2009, est la femme la plus gradée de l’ONU. Ce qui n’est pas négligeable. Elle est surtout connue pour ses positions fortes sur les grands dossiers.  Ainsi, elle s’est battu contre la participation de l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid, contre la guerre du  Vietnam et a montrer son indépendance des grandes nations en refusant d’envoyer des troupes en Irak alors qu’elle dirigeait son pays. Ce qui pourrait être un avantage mais aussi un point faible.

NathaliaGherman

Fille d’un ancien Président de la Moldavie, l’actuelle Négociatrice en chef pour l’accord d’association entre son pays et l’Union européenne, est âgée de 47 ans. Elle a occupé de hautes fonctions dans son pays dont celles de Vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et un mois comme intérimaire à la primature moldave.

Antonio Guterres

Premier ministre du Portugal de 1995 à 2002, il garde une fin de gestion étatique nationale très mitigée. Le tout contraire du tableau très reluisant qu’il affiche à, la tête du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR). En effet, les récentes crises humanitaires marquées par les mouvements de réfugiés vers l’Europe et les crises africaines ont fait de lui un homme très en vu ces dernières années. Il a à l’occasion, fait montre d’une éloquence remarquable lui collant ainsi, l’image d’un homme très sensé.

Vuk Jeremic

Ce Serbe de 40 ans a failli ne pas être de la course. Il n’a pu bénéficier du soutien de son pays qu’au dernier moment. Ce qui fait de lui le dernier à entrer en lice dans la course au poste de Ban Ki-Moon. Il est diplômé de Harvard et a servi dans de prestigieuses institutions bancaires dont la Deutsche Bank. De lui, on garde le souvenir du ministre des Affaires étrangères serbe qui a entrepris des démarches internationales pour faire échec à la création de l’Etat du Kosovo. Ce qui avait beaucoup déplu aux Européens et aux Américains.

SrgjanKerim

Avant d’être ministre des Affaires étrangères de la Macédoine de 2000 à 2001, cet homme d’affaire de 67 ans qui règne sur un empire national dans le  domaine des média, a occupé le rôle d’ambassadeur dans plusieurs représentations diplomatiques de son pays, notamment en Europe. Avant l’éclatement de la Yougoslavie, il a été plusieurs fois ministre. Hormis sa langue nationale, il parle l’anglais, le français, l’allemand et l’italien.

Igor Luksic

Il fut le premier à s’être présenté pour audition devant l’Assemblée générale le 12 avril. Audition dont on dit qu’il semblait très tendu. Malgré cela, ce Monténégrin a pour lui tous les superlatifs. Agé de 39 ans, il est le plus jeune de tous les postulants. Quant il est nommé Ministre des Finances de son pays en 2004, il était le plus jeune de l’histoire du pays à un tel niveau de responsabilité. Et quand il est fait Premier ministre, il est devenu le plus jeune chef de gouvernement au monde. On retient de lui un fiscaliste de haut rang.

VesnaPusic

De nationalité croate, cette sociologue de 63 ans a été ministre des Affaires étrangères de son pays. C’est sous sa gestion de ce ministère que la Croatie a intégré l’Union Européenne.  C’est aussi à elle qu’a échu la question des réfugiés traversant le pays. Elle est surtout connue pour son combat en faveur de l’égalité des sexes. Elle parle aussi l’anglais et l’allemand en plus du monténégrin.

Danilo Turk

Cet homme de 67 ans fut Président de la République de la Slovénie de 2007 à 2012. De lui, l’on retient l’image d’un combattant pour les droits et libertés humains. Ayant travaillé avec Amnesty International dans les années 80, il a été membre du Comité des droits de l’homme de l’ONU alors qu’il représentait son pays entre 1992 et 2000. Il est fondation dédiée aux enfants victimes des effets de la guerre.

Un parterre de hauts cadres dont sortira le futur responsable de la plus illustre des organisations Internationales.

Rassemblés par Abdoulaye KONATE

Source: Le Prétoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *