LE MAIRE BALLO SAUTÉ PAR LA COUR SUPRÊME AUX ORDRES

Sur ce coup, les juges de la Cour suprême on dit la politique sale et non le droit clair. Un vrai putsch perpétré par les tireurs de ficelles tapis dans le RPM sur fond de violences.

Ibrahim Issa Bocar Ballo maire kalaban coro

Les élections communales 2016 ont vu la victoire du candidat Issa Bocar BALLO (Cnid). Il sera investi et commença à travailler. Mais le verdict des urnes n’a pas été admis par des politicards véreux tapis dans les rangs du RPM et de l’Adema. Avec des affairistes, l’argent circula pour fomenter la révolte et la violence contre le Maire élu. Parallèlement, l’instrumentalisation de la justice au service de la politique a été actionnée par le clan TRETA-TEMBINI qui n’a toujours pas arrêté de miner le RPM et de faire honte à son fondateur. N’est-ce pas ce clan qui promène aujourd’hui le président IBK sur le « laifai » de la honte avec l’enlèvement du compteur d’électricité de l’Assemblée nationale pour une ardoise de plus de 200.000.000 francs CFA?

Pour revenir au sujet, la Cour suprême du Mali, aux ordres et foulant au pied les principes du droit, « annule les opérations électorales des bureaux n° 1, 2, 3, 4, 5, 6,7 et 8 du centre de Gouana et n°. 1, 2,3 et 4 du centre de Sabalibougou-Est ». De but en blanc, sans attendu aucun et sans motivation aucune, la Cour suprême dit annuler des voix des bureaux bien ciblés et se prévalant de sa propre turpitude proclame sans sueur sur le front « indépendant de tout sauf de l’argent sale »: « Tirant renseignement des annulations opérées, proclame les résultats (…) » qui donne les résultats de la honte. C’est à dire, le RPM avec 6 sièges pour 1605 voix (le but de la manœuvre!). Il est suivi par le PRVM (6 sièges pour 1416 voix et le Cnid 5 sièges et les 1178 voix qui lui restent après le forfait de la Cour. Logiquement, lorsque les résultats de 12 bureaux sont annulés, toutes les listes perdent des voix dans ces bureaux. Dans le cas qui nous intéresse ici, le Cnid a perdu 700 voix, le RPM 75 voix seulement et le PRVM est passé de 1252 à 1416 voix. C’est à dire que même après les annulations abusives, au lieu d’être amputé ce parti a gagné des voix! Il a fallu l’augmenter pour en faire le 2ème. Tout le monde devine pourquoi. En ce qui concerne la partie maffieuse du RPM, il perd 75 voix dans 12 bureaux annulés. Ce qui veut dire que le RPM avait eu moins de 8 voix dans chaque bureau. Quant à l’Adema le partenaire du MNLA du RPM dans l’opération, elle en est sortie avec la gueule du pilon: gueule blanchi de farine mais ventre vide. Ce feuilleton de honte montre encore, après un congrès qui devait normaliser le métier du Tisserand qu’IBK est encore en danger. Et que le mal est dans le canari de sa propre famille politique. Dieu sauve le Mali.

Source: Maliactu.info

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *