Lancement du 7e programme de l’APEJ a Koulikoro : IBK déclare la « guerre » au chômage des jeunes

Le président de la république, Ibrahim Boubacar Kéita, a lancé le jeudi 8 mai 2014 à l’IPR de Katibougou, le 7eprogramme du stage de formation professionnelle de l’APEJ. IBK, en l’occasion, a solennellement déclaré la guerre au chômage des jeunes. Ce programme permettra à plus de 4000 jeunes, pendant 12 mois, de se familiariser avec les réalités et contraintes du terrain, d’acquérir une certaine expérience et de créer les conditions d’emploi.

 ibrahim boubacar president malien ibk lancement apej

Ils étaient tous là, populations de Koulikoro, gouverneur, maire, préfet, président du conseil communal, chefs de quartiers, ministres, cadres de l’administration, présidents des institutions, membres du bureau du conseil national des jeunes et anciens et nouveaux stagiaires de l’APEJ, pour réserver un accueil chaleureux au président IBK, le jeudi 8 mai dernier à l’IPR de Katibougou.

Sur place, le chef de l’Etat a lancé le 7e programme de formation professionnelle des stagiaires de l’APEJ. Au total 4 620 jeunes maliens, y compris des jeunes femmes, handicapés physiques, visuels et albinos qui bénéficient de la formation professionnelle dans les structures de l’Etat, organisations faitières et consulaires au titre de l’année 2014.

L’occasion était bonne pour le maire de la commune urbaine de Koulikoro, Youssouf Tata Traoré, de plaider la bonne cause de la relance des activités de l’Huicoma dont la fermeture a créé une crise socioéconomique sans précédent à Koulikoro, comme celles de la réalisation de l’autoroute Bamako-Koulikoro, de la route de contournement et la construction du pont de Kayo.

L’assistance a eu droit à un bref aperçu sur les missions et les activités de l’Institut Polytechnique Rural (IPR de Katibougou) par son directeur Général Mahamadou Famata.

C’est en 1897 que l’IPR, sous l’appellation de Station Agronomique, a vu le jour à Kati. En 1901, il a été transféré à 3 km de la ville de Koulikoro par le colonisateur, d’où le nom Katibougou. Depuis 2010, IPR/ISFRA a un statut d’établissement public à caractère scientifique et technologique, avec une certaine autonomie  de gestion administrative, financière et comptable. De 1968 à 2013, l’IPR a formé 11 241 diplômés dont 10 244 maliens. De nos jours, 11 nationalités prennent cours à l’IPR, selon M. Famata.

Quant au président du CNJ, Mohamed Salia Touré dit Momo, les multiples initiatives prises par l’APEJ et le CNJ-Mali ont donné des résultats probants. Cependant l’arbre ne doit pas cacher la forêt, il déplore le retour à la case départ des stagiaires une fois le stage pris fin. C’est pourquoi Momo propose désormais la rallonge de la formation de 18 mois au lieu de 12. Cette requête n’a pas eu de poids aux yeux du ministre de l’emploi et de la formation professionnelle. Mahamane Baby a été clair créer leurs propres « l’objet de la formation est de permettre aux jeunes de se familiariser avec l’administration. Toute chose qui les aide à avoir un plein emploi et de emplois ».

Au cours de la cérémonie, le Directeur général de l’APEJ, Amadou Cissé et le premier vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, Moctar Théra, chef de file des partenaires, ont signé des conventions après que les nouveaux jeunes stagiaires aient prêté serment de ne pas réclamer des droits à la fin des 12 mois de la durée du stage.

Pas un vain mot !

IBK a promis et compte le faire. Il sait pertinemment qu’il pourra créer 200 000 emplois à l’orée 2018. Il l’a répété à l’IPR de Katibougou, le jeudi dernier et dit déclarer désormais la guerre contre le chômage des jeunes. Il entend donner  le plein emploi aux jeunes de manière sincère et volontariste. Pour y parvenir, le chef de l’Etat compte sur le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle

Mahamane Baby et les directeurs généraux de l’APEJ et de FAPFA, respectivement Amadou Cissé et Mohamed Albachar Touré.

B. T

========================================

LORS DU LANCEMENT DU 7E PROGRAMME DE L’APEJ

Momo l’homme qui a séduit IBK

Il s’appelle Mohamed Salia Touré dit Momo. C’est lui qui a la destinée du conseil national de la jeunesse. Si IBK déteste les médiocres, il aime par contre les meilleurs. Le meilleur à Katibougou, lors du lancement du 7e programme de l’APEJ, était Momo. Le jeune homme  a pu convaincre le président de la République à travers d’abord son poème intitulé « Baara »,« travail » en français. Ensuite, le patron des jeunes du Mali a livré un discours qui a caressé le chef de l’Etat dans le sens des poils, tout en formulant poliment des revendications allant à la création des emplois en temps plein pour les jeunes. Cela n’a pas laissé le Prince indifférent. Ipso facto, El Hadj Ibrahim Boubacar Keita a demandé à l’ORTM, pour la première fois, selon ses propres termes, de diffuser l’intégralité du discours du jeune Touré.

En réalité, en plus d’IBK, l’assistance a apprécié le niveau d’instruction et de culture de Mohamed Salia Touré. La cohérence dans ses idées et surtout le remerciement qu’il a fait à l’endroit d’IBK pour toute la valeur accordée à l’aspect jeune.

Dans notre pays, il est important, voire obligatoire que soient hissés à la tête des structures des jeunes, femmes et hommes qui sont à la hauteur et capables d’honorer la patrie à l’intérieur et l’étranger. Comme c’est le cas du président du CNJ-Mali, Mohamed Salia Touré.

B.T

SOURCE: Le Guido
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *