Lancé le vendredi dernier : Le Mouvement « Espoir Mali Koura » appelle le peuple malien à « reconquérir sa dignité confisquée et bafouée » par un sursaut national

La salle de conférence du musée du district de Bamako a abrité, le vendredi dernier, le lancement d’un mouvement, l’image de la plateforme AN TE A Bana, dénommé « Espoir Mali Koura ». Initié par des responsables politiques, des associations et mouvements de la société civile et des personnalités individuelles influentes, ce mouvement, qui dénonce toutes les tares du régime IBK, appelle le peuple malien à « reconquérir sa dignité confisquée et bafouée » à travers un sursaut national.

Après la plateforme AN TE A BANNA qui a fait échouer le projet de la révision constitutionnelle en 2017, un autre mouvement, Espoir Mali Koura, vient de voir le jour au moment où l’État se prépare à engager les réformes politiques et institutionnelles. Avec en sa tête l’ancien ministre Cheick Oumar Sissoko, ce nouveau mouvement regroupe beaucoup de partis politiques, d’associations, de mouvements et de personnalités individuelles.

Selon ses initiateurs, L’Espoir Mali Koura a été créé suite au constat que le Mali, jadis envié, écouté et respecté aussi bien en Afrique qu’à travers le monde entier, soit victime, de nos jours, de toutes les humiliations.

Son président, Cheick Oumar Sissoko, fait la peinture de la gouvernance sombre d’IBK qui a fait perdre au Mali tout son respect. « Le Peuple malien découvre chaque jour, de façon ahurissante, les scandales d’une gestion hasardeuse, dénuée de vision et de cohérence vis-à-vis des intérêts vitaux et stratégiques du Mali, dans le déni des principes républicains qui fondent notre démocratie », a-t-il déclaré dans son document intitulé « Appel au peuple malien ».

À en croire les responsables de ce mouvement, le Mali est dans une situation de chaos. Cela, déplorent-ils, est dû, entre autres, à une perte de souveraineté sur presque l’ensemble du territoire national et dans bien de questions régaliennes de la gestion étatique ; un effondrement de l’appareil d’État au plan militaire et sécuritaire ; un affaissement généralisé de l’économie nationale se traduisant par une mauvaise gestion des fonds publics, l’absence de nouveaux investissements productifs, l’étouffement du secteur privé, la corruption, les fraudes et trafics en tous genres ; les tentatives d’embrigadement et de bâillonnement de la Justice par un clan, jurant avec le principe constitutionnel de séparation des pouvoirs, sur fond d’entraves et d’immixtions tous azimuts, et d’impunité totale ; le dévoiement des principes démocratiques caractérisé par l’achat de conscience en matière électorale, le bourrage d’urnes devenu la norme et la marque de fabrique des fossoyeurs de la Nation, l’asservissement des représentants de l’administration d’État, mais aussi et surtout l’instrumentalisation de la Cour Constitutionnelle dans la gestion calamiteuse du processus électoral, allant jusqu’à se substituer au Peuple dans le choix des élus…

L’appel à un sursaut national

Les responsables de l’Espoir Mali Koura estiment que le peuple malien ne doit pas croiser les bras face aux difficultés de l’heure. Il doit, selon M.Sissoko, se mettre debout « pour reconquérir sa dignité confisquée et bafouée ». Selon ce mouvement, les manifestations partout à travers le pays et à la diaspora est synonyme du refus du mensonge d’État par les Maliens. Elles annoncent, aux dires des conférenciers, l’heure de la révolution des consciences, d’un sursaut national pour la restauration de la dignité des Maliennes et des Maliens. Et Cheick Oumar Sissoko appelle les Maliens à la révolution des consciences pour, dit-il, un vrai Mali. « Le temps d’un vrai Mali est arrivé ! Qu’il retentisse dans les plaines, les vallées et sur les collines les plus élevées de notre territoire ! Qu’il sonne dans toutes les régions, tous les cercles, toutes les communes, tous les villages et hameaux ! Qu’il vibre dans chaque contrée, chaque maison, chaque case, chaque tente ! Qu’il fasse écho dans les cœurs et ébranle les incertitudes pour rassembler les Dignes Filles et fils du Mali, de l’intérieur et de la diaspora, autour d’un idéal commun : celui d’un autre Mali qui est possible ! », a déclaré l’ancien ministre qui lance, au nom du mouvement Espoir Mali Koura, « un appel solennel à tous les patriotes du Mali pour un Sursaut national, pour l’espérance et la rédemption, pour sauver le Mali, recouvrer notre souveraineté, et s’engager résolument sur le chemin de la paix et du développement socioéconomique du Pays »

Ce combat ne se fera pas dans le désordre, selon Cheick Oumar Sissoko. Il se fera dans le strict respect des valeurs républicaines.

Par ailleurs, ils ont lancé un appel pour la libération de l’honorable Soumaila Cissé et de Clément Dembélé.

Boureima Guindo

Source: Journal le pays- Mali

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *