La réaction de l’ASSEP suite à  l’arrestation du directeur de publication du journal « Le Radar » s

Aliou Touré, directeur de publication de l’hebdomadaire « Le Radar », un organe de presse écrite, a été placé, le vendredi dernier, sous mandat de dépôt. Il s’agit d’un mandat de dépôt fait contre le journaliste par le tribunal de grande instance de la commune II de Bamako.

Ledit mandat fait suite à une plainte déposée contre l’incriminé par la société « Niaré Froid ».Dans un communiqué publié le même jour, l’association des Éditeurs de la presse privée (ASSEP) dit avoir appris avec « stupéfaction et consternation » la mise d’Aliou Touré sous mandat de dépôt. Lequel mandat a fait que le journaliste s’est retrouvé à la maison centrale d’arrêt de Bamako. « Les faits reprochés  à notre confrère sont constitutifs de chantage et harcèlement. Rappelons que les dernières confrontations au tribunal de la commune II entre les parties avaient permis de réaliser l’absence d’éléments de preuves pour justifier les charges »,indique-t-on dans le communiqué. À cet effet, le journaliste Aliou Touré avait été relaxé pour donner consécutivement la chance à un règlement à l’amiable. À la grande surprise de tout le monde, l’ASSEP indique avoir ainsi été surprise de voir le même tribunal placer la même personne sous mandat de dépôt au motif que des éléments de preuves  ont pu être finalement retrouvés contre lui. « Ce qui est absolument curieux et conduit à attirer l’attention des autorités de la transition », souligne-t-on. A Aliou, il est reproché de s’attacher à une règle règlementaire de son métier, à savoir : recouper l’information avant toute publication, ajoute-t-on. Via ce communiqué, les membres de l’ASSEP appellent à la mobilisation pour la libération du journaliste Touré.

Source: Journal le Pays- Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.