Koulikoro, les exploitants de sable s’insurge

LE MAIRE DE GOUNI DANS L’ABUS !

Dans le cadre de revendiquer ses droits et dénoncer les violations des arrêtés communaux portant suspension d’activités sur un site d’exploitations de sable et gravie, par Lamine Sangaré communément appelé Vieux en collaboration avec le Secrétaire Général de Niamina, appelé Bassirou Kanté, le collectif des syndicats des exploitants manuels et traditionnels de sable et gravier du fleuve Niger vers le côté de Koulikoro a rencontré le Maire de la commune rurale de Meguetan, M. Ousmane Fomba, le lundi 5 juillet 2021 à la Mairie de Gouni sise dans le cercle de Koulikoro. La délégation des plaignants était constituée de Gaoussou Touré, président du collectif et des exploitants de sable de Chor; Badian Traoré, exploitant de sable Fignan ; Moussa Diarra, conseiller du Chef de Village Fignan ; le conseiller du chef de village de Chor, Dramane Diarra ;Djaguinin Coulibaly, secrétaire général des syndicats de Katibougou, Modibo Diarra et Sory Diabaté de Senedo.

Selon le secrétaire général des syndicats de Katibougou et porte-parole du collectif, seule la société de Abdine Yattara a l’autorisation d’exploiter le sable et le gravier depuis l’annonce de l’arrêté du 05 février 2021, renouvelé le mardi dernier. Cependant cette décision a été violée par Lamine Sangaré communément appelé Vieux de la localité en collaboration avec le Secrétaire Général de Niamina appelé Bassirou Kanté depuis un certain temps. Il a déclaré en ces termes : « ils la violent sous prétexte que tant que «Abdine Yattara exploite, eux également le feront» avec des machines ayant la capacité d’assurer la main-d’oeuvre de milliers de paysans et capables de remplir cent (100) camions avec un coût moins cher.». il a précisé que « seul Abdine Yattara a l’autorisation de la Mairie et est dans les normes, construit les routes et nous aide professionnellement et socialement, attire nos chargeurs tandis que vieux et ces partenaires agissent pour leurs intérêts personnels.
Au nom du collectif, il s’est montré une fois de plus respectueux et a affirmé qu’ils vont suivre les instructions du Maire en élaborant une lettre contenant leur constat sur la décision de suspension d’activités et leurs revendications et non la violence. Sans intervention des autorités compétentes, le mercredi nous comptons nous assumer. Pour matérialiser nos intentions, nous ne manquerions pas de faire sortir les machines de l’eau.
Le maire par mépris des habitants et de notre association, s’est montré compatissant de la concurrence déloyale et conscient que l’exploitation de sable et de gravier est une source de revenu pour les plusieurs familles de la localité. A défaut d’autres activités génératrices, les habitants vivent entièrement de l’exploitation de sable et gravier. Je tiens à l’application stricte de la loi. Nous allons rencontrer les ressortissants du village pour connaître leur avis et mettre en place une équipe d’enquêteurs et réunir toutes les parties afin de revoir les modalités de l’exploitation et de ventes. Nous ne voulons pas qu’il y’ait des mésententes entre les exploitants, ce sont nos partenaires qui, paient leurs taxes. Pour finir, il a remercié les exploitants traditionnels pour leur respect à son égard et celui des autorités, a affirmé que les plaignants ont raison et leur a demandé de suivre ses conseils. Il dit être prêt à mobiliser les forces de l’ordre en cas de non respect des exploitants traditionnels.
Cette menace du maire adoucit ou insurge la population ?

Envoyé Spécial :
Ibrahim Binaté

Source: Reflet d’Afrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.