Koro : PREPARATION EN AMONT DES DIALOGUES COMMUNAUTAIRES

La division des affaires civiles de la MINUSMA a  initié les 30 et 31 juillet, dans la ville de Koro, un atelier préparatoire sur les dialogues communautaires dans l’ensemble du cercle.

conseil national jeunes mali cnj organise conference reconciliation
La région de Mopti est une région à vocation agropastorale où se côtoient et cohabitent des agriculteurs et des éleveurs. Cette cohabitation se passe parfois dans des conditions difficiles, pouvant aboutir à des conflits. Si le plus souvent ces conflits ont lieu entre agriculteurs, par endroits, ils peuvent également opposer agriculteurs et éleveurs. S’ils sont pour la plupart mineurs, ces affrontements peuvent dans certains cas s’avérer extrêmement violents, avec leurs corollaires de coups et blessures, voire même de morts d’hommes.
Cet atelier préparatoire des dialogues intercommunautaires pour une prévention et une gestion durable des conflits était organisé en partenariat avec le gouvernorat de Mopti et l’Association nationale Ginna Dogon. La rencontre a regroupé environ 217 participants parmi lesquels Mélanie Hauenstein, le chef de Bureau de la MINUSMA à Mopti, Moumouni Damango, le représentant du gouverneur, les préfets, les présidents des conseils de cercle, les sous-préfets, les maires, les chefs de village, les membres des organisations de la société civile.
L’atelier avait pour objectif de créer un cadre d’échange entre les décideurs et les acteurs sur la problématique des conflits dans le cercle de Koro et de proposer des recommandations permettant de poser les jalons des dialogues intercommunautaires pour une gestion durable des conflits. Il s’agissait de créer les conditions pour établir et entretenir le dialogue entre les uns et les autres, afin de trouver des solutions durables aux problèmes.
« La MINUSMA a initié cet atelier en partenariat avec les autorités régionales et la société civile en vue de rechercher les bases de consultations et de concertations entre les communautés afin de trouver des solutions aux conflits», a résumé Mélanie Hauenstein lors de la cérémonie d’ouverture.
Pour le président de Ginna Dogon, Mamadou Togo, « sans paix il n’y a point de développement. L’un conditionnant l’autre, il est temps et même grand temps que mes compatriotes comprennent qu’il faut arrêter les conflits de terre, de chefferie, d’imamat et même de politique».
Au cours des travaux, les participants ont suivi des communications sur les conflits majeurs dans le cercle de Koro. Il s’agit du conflit de Koporo Pen (opposant les agriculteurs Togo et Sagara), du conflit de Ombo (opposant les agriculteurs), du conflit de Dinangourou (opposant les agriculteurs dogons et les éleveurs peulhs) et du conflit de Socoura (opposant des agriculteurs dogons).
Les participants ont été regroupés en 4 sous-groupes de travail. Ces sous-groupes ont traités le même thème : « les causes des conflits » et proposé des pistes de solutions et des recommandations.
Les acteurs présents ont tenu à saluer cette initiative de la MINUSMA qui vise à regrouper tous les leaders du cercle de Koro et des cercles voisins (Bankass et Bandiagara) afin de dégager des propositions de solutions pour réduire significativement les conflits dans la région.

(Source MINUSMA)

source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.