Kemo et Mimi : l’histoire d’un mariage rapide et amoureux

D’une simple amitié sur Facebook, Mimi et Kemo ont fini par se retrouver en train de parler de mariage. Mimi raconte sous la plume de la blogueuse Nafmalook.

 

Quand on est célibataire et à la recherche du grand amour, on imagine toutes les scènes de rencontre. Au resto, en boîte, dans la rue, ou même en pleine circulation, tous les moments sont bons pour rencontrer son âme sœur ou du moins tous les scénarios sont possibles.

Je suis Mimi et je suis mariée à Kemo. Mais avant de vous parler de notre union, laissez-moi vous raconter comment nous nous sommes rencontrés. En 2014, un jeune homme assez mignon m’avait envoyé une demande d’amitié sur Facebook. Comme tous les jeunes de mon âge, à l’époque, je n’avais rien compris de l’utilité de ce réseau social et je l’utilisais pour me faire des amis mais surtout pour me faire draguer.

Numéro de boss

Le jeune Kemo était étudiant et m’écrivait souvent. C’était des questions standard sur ma personne, ce que je faisais et où je vivais. Bref, sans grand enthousiasme, je lui répondais vaguement. Au fil des échanges sur ce réseau social, je me suis retrouvée, une fois, à lui passer mon numéro de téléphone. Quelque temps plus tard, on avait perdu le contact et je l’avais oublié.

Un soir de 2019, un numéro que nous, les jeunes, considérons comme numéro de boss m’a appelée. C’était un homme, Il semblait me connaître et était enthousiaste à l’idée de me retrouver. J’avoue que j’étais perdue. J’ai d’ailleurs demandé qui c’était. Puis, par peur de ne pas vexer, j’ai joué le jeu. Lui parler était agréable, car on avait fait cette nuit plus d’une heure au téléphone histoire de remonter le temps. Les jours suivaient et les appels étaient plus fréquents. Un jour, j’eus droit à un interrogatoire du type : « Tu t’es mariée en mon absence ? Pourquoi restes-tu célibataire ? Es-tu sûre que, quand un homme se pointera, tu accepteras ? » En tout cas, des questions que je trouvais bizarres.

Dilemme

Pour se voir, il fallait bien que quelqu’un fasse le premier pas. Quelques jours après, Kemo, qui m’était restée inconnu malgré les heures d’appel, les explications vaines, voulait me voir pour me parler d’une chose d’une grande importance à ses yeux.

J’ai longtemps hésité. D’ailleurs, j’ai pensé à tout : et si c’était un piège, et si je le connaissais ? Et si et si….

Pour assouvir ma curiosité j’ai accepté le fameux rendez-vous chez moi. Pour la petite histoire, la nuit du rendez-vous, j’ai voulu me désister et ai même trainé jusqu’à 22h pour le décourager. J’avais aussi dit à une amie venue causer que je le libèrerais dans 30 minutes.

Une fois arrivé dans le salon de notre maison, mon Dieu !, énorme surprise : son parfum, sa carrure et ses mots m’ont retenue pendant deux heures au point que ma copine est rentrée chez elle fâchée.

En fait, le bel inconnu n’était pas seulement venu pour me voir, mais pour demander ma main. Il voulait faire de moi sa femme et ne me donnait pas le temps de mieux le connaître avant le mariage que je jugeais sérieux. Dilemme : accepter ou pas ? Ce n’était pas trop tôt ? Était-il sérieux ? En tout cas, je me rappelle avoir passé une nuit blanche. Pour la réponse, je vous reviens dans un prochain épisode.

Source : benbere

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *