Mali : Le général Amadou Haya Sanogo fait trembler la salle Lamissa Bengaly de Sikasso lors de son procès.

L’auteur du coup d’état du 22 mars 2012, Amadou Haya Sanogo et ses 16 autres co-accusés, sont poursuivis pour enlèvement et séquestration, assassinat et complicité d’assassinat. C’était le mercredi 30 novembre 2016 qu’ils ont comparu devant un juge depuis plus de 3 ans. Lors de sa présentation devant le juge, le général Sanogo fut accueilli par un tonnerre d’applaudissements de ses partisans.

general-amadou-haya-sanogo-putschiste-militaire-ouverture-proces-jugement-avocats-sikasso

L’accusé principal Amadou Haya Sanogo, celui que tout le monde attendait était dans la salle Lamissa Bengaly de Sikasso ce matin, assis derrière ses avocats sur la chaise 535. Tout souriant et habillé en veste marron, chemise blanche et cravate bordeau. Il était gardé par deux militaires assis tout juste derrière lui.

Sur demande du président de la cour, il se présente comme suit : « Je suis le général Amadou Haya Sanogo ex Chef de l’état», affirme le principal accusé de l’affaire dite des bérets rouges. Juste après cette phrase, un tonnerre d’applaudissements surgit dans la salle Lamissa Bengaly de Sikasso par ses partisans présents dans la salle.

« Nous ne sommes pas dans une salle de théâtre » crie le président de la cour, avant d’expliquer que la prochaine fois que quelque chose de ce genre se produira, qu’il videra la salle. Puis donna la parole au procureur général de la république.

« Monsieur le président, nous ne sommes pas dans cette salle pour juger un général, mais un citoyen comme tout le monde » avant d’ajouter qu’il n’est pas nécessaire de mentionner les rangs et les titres lors de sa présentation que seules les fonctions suffisent.

Harouna Toureh, membres du collectif des avocats de la défense a répliqué en précisant que ses clients sont innocents jusqu’à décision contraire et que de ce fait ils ont parfaitement raison de mentionner leurs rangs et titres.

Pendant une dizaine de minutes, le débat fut houleux entre les deux parties avant de pouvoir continuer.

Le procès a été suspendu jusqu’au vendredi prochain sur demande des avocats de la défense. Le général Amadou Haya Sanogo sort de la salle en taquinant ses co-accusés accompagnés par des militaires.

 

Source: Autre presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *