Justice pénale et droits de l’homme : La Minusma au secours d’avocats maliens

La Mission de l’ONU au Mali a ouvert hier un atelier de formation sur la justice pénale et les droits de l’Homme à l’intention du Barreau malien. C’était en présence du garde des Sceaux, ministre de la Justice, Mahamadou Diarra, Me Seydou Sidiki Coulibaly, bâtonnier de l’Ordre des avocats du Mali, Me Claude Nicati de l’Ordre des avocats de Neuchâtel.

Les avocats constituent une composante à part entière de la justice et la défense des droits de l’Homme. La formation permettra au Barreau malien de se familiariser avec la justice pénale internationale.

Le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Mali n’a pas caché sa joie et sa fierté de bénéficier d’une telle formation qui permettra, selon lui, d’accroître le savoir-faire des jeunes avocats maliens. Il a remercié ses homologues de Neuchâtel et du Barreau pénal international Philippe Currat d’avoir initié une telle cérémonie à l’intention du Barreau malien.

Le garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’Homme a rappelé que « l’avocat est pour la justice ce que le sang est pour le corps humain ». Et d’ajouter que le métier d’avocat est un élément sine qua non de la justice. « Procéder à former cette entité, c’est donner un coup d’accélérateur à tout le secteur de la justice », a-t-il ajouté.

Il remercié les experts de la Minusma de leur soutien et invité le Barreau à prêter une oreille attentive afin que la formation puisse les aider à résoudre certaines questions qui demandent souvent une expérience avérée.

Les avocats maliens seront initiés à certaines notions de droit pénal international comme l’infraction, la procédure ou encore la déontologie de la profession en matière de justice pénale internationale. Les travaux prendront fin vendredi.

Zoumana Coulibaly

 

Source: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.