Justice : le CICR renforce les capacités de 25 magistrats et avocats en DIH

Le Comité international de la Croix Rouge a initié un atelier de formation à l’endroit des magistrats et avocats. La cérémonie a été présidée, ce mercredi 14 décembre 2016, à l’Institut national de formation judicaire Me Demba Diallo par Mme Habibatou Maiga, conseillère technique du ministère de la Justice et des Droits de l’homme. C’était en présence du chef de délégation du Comité international de la Croix Rouge au Mali, Christoph Luedi ; du directeur de l’Institut national de formation judicaire, Mohamed Sidadi Dicko

action-humanitaire-aide-population-sinistres-croix-rouge-cicr

Le thème principal de l’atelier est «droit international humanitaire et les judicieux ». Ce sont 25 magistrats et avocats venus des régions et de Bamako qui prennent part à cette formation de trois jours (14 au 16 décembre) sur le Droit international humanitaire.

Plusieurs autres thèmes dont la différence et la complémentarité entre le DIH et droit de l’homme ; le rôle du CICR dans la promotion du DIH ; la poursuite des auteurs et responsables des crimes internationaux ; la qualification juridique des conflits armées et champ d’application du DIH et les défis contemporains du DIH seront développés par des experts du CICR et experts en droit.

Parmi les formateurs, on peut citer Dr Woyo Konaté, Mme Elizabeth Sogoba du CICR, Mme Marie-Louise Tougas du CICR ; Boubacar Sidiki Samaké, procureur du pole spécialisé en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale ; Me Amadou Tiéoulé Diarra ; Mamadou Kassogué, juge d’instruction au pôle économique.

Selon le chef de délégation du CICR, Christoph Luedi, l’objectif de cette formation est de permettre aux professionnels du secteur judiciaire d’approfondir leurs connaissances en DIH et d’échanger sur leur rôle dans sa mise en œuvre. Elle permet aussi de renforcer les liens entre le CICR et le secteur judiciaire.

Après avoir salué les responsables du CICR pour cette belle initiative à l’endroit des hommes de droit, la représentante du ministre de la Justice, des Droit de l’Homme et Garde des Sceaux, a jugé très pertinent le choix du thème dans le contexte actuel du pays.

«Cette formation est une nécessité et une urgence que nous impose la gravité de la situation. Les crimes commis pendant la crise qu’a connue notre pays ne doivent pas restés impunis », a affirmé Mme Habibatou Maiga.

Rappelons que depuis quelques années, le CICR est le terrain de la promotion et diffusion du DIH. Pour atteindre les objectifs, le CICR travaille sur la question avec plusieurs acteurs notamment les armées, la presse, les gouvernements ainsi que les universités.

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *