Justice fiscale : UNE CONDITION DE LA PAIX SOCIALE

La Coalition malienne Publiez ce que vous payez (PCQP) a organisé, mercredi, un atelier de mise en place d’une plateforme nationale de travail sur la justice fiscale. Les travaux se sont déroulés au centre Aoua Keita sous la présidence du secrétaire général de la coalition, Tiémoko Souleymane Sangaré, qui avait à son coté le représentant du Haut conseil des collectivités territoriales, Mamadou Mamby Traoré.

Justice droit fiscale
L’atelier a regroupé pendant une journée des représentants de la société civile, du ministère des Finances, du secteur privé, des industries extractives, des chercheurs, des médias, des ONG nationales afin d’installer une plateforme nationale de travail pour la justice fiscale. La session s’est attachée à expliquer aux participants la nécessité de mettre en place cette plateforme qui militera pour la reforme fiscale et la réduction progressive des exonérations fiscales, d’obtenir l’adhésion des participants et de procéder à la création de la plateforme.
Les recettes fiscales des pays en développement sont très faibles par rapport aux immenses potentialités fiscales dont ils regorgent. En moyenne, 18% du PIB proviennent des recettes fiscales dans les pays africains par rapport à une moyenne de 38% dans les pays occidentaux. Globalement, les politiques fiscales des pays en développement sont biaisées vers les taxes de la consommation et des salaires qui imposent un fardeau fiscal plus lourd sur les ménages les plus pauvres et les employés du secteur formel.
En raison du grand écart entre les injustices fiscales et le faible niveau des prestations des services publics, la légitimité de l’Etat est en cause. La représentation fiscale exige que des acteurs de la société civile aient la capacité de comprendre et d’analyser les questions fiscales. Ils ont, en outre, besoin de créer des réseaux et des alliances afin de sensibiliser, de s’engager dans le plaidoyer politique et de créer des liens entre les activités locales et les campagnes mondiales. Les organisations de la société civile sont persuadées que pour que les systèmes d’imposition soient équitables, l’Etat doit réduire progressivement les exemptions et les incitations fiscales et s’attaquer à la fuite des capitaux et à l’évasion fiscale des entreprises multinationales et des particuliers fortunés.
« Nous voulons, à l’issue de cet atelier, finaliser un travail qu’on a commencé il y a longtemps sur la question de la justice fiscale », a expliqué le secrétaire général de la coalition pour qui la mise en place de cette plateforme est un enjeu énorme. « Sans la justice, il n’y a pas d’équité. Cette plateforme va donc être notre guide », a-t-il soutenu. Pour lui, la fiscalité est une problématique à gérer en intégrant tout le monde. « C’est comme cela qu’on pourra parler de justice, que chacun paie ce qu’il doit payer et sache ce qui va être fait de sa cotisation», a-t-il argumenté.
La justice fiscale, d’après le représentant du Haut conseil des collectivités territoriales, est une justice sociale. Pour lui, tant qu’il n’y a pas cette justice, il y aura des troubles. Sans paix, il n’y aura pas non plus de développement.
F. NAPHO

source : L Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.