Journée mondiale de l’alimentation : L’ONG « Volonté des Jeunes » a marqué l’évènement de son empreinte

A l’occasion des festivités de la journée mondiale de l’alimentation, commémorée chaque 16 octobre par la Fao, l’ONG « Volonté des Jeunes » en partenariat avec « Action contre la faim » avait initié un programme  d’activités d’information, de mobilisation et de sensibilisation des populations à travers l’organisation d’une conférence-débat sur le thème : « Des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition », le vendredi 19 octobre 2013 en prélude au marathon qui a eu lieu le lendemain à la Bourse du travail.

journee mondiale alimentation ong volonte jeune

Déjà le lundi 15 octobre, c’est-à-dire à la veille de la journée mondiale de l’alimentation, l’ONG «  Volonté des Jeunes » tenait dans les locaux à Faladié une conférence de presse pour parler des deux évènements qu’elle comptait organiser pour accompagner cette année la célébration de ladite journée à savoir : la conférence-débat et le marathon. La conférence de presse a été animée par le directeur exécutif de l’ONG, Roland Komla Eklou ; Amazou Félix, chargé de programme ; Djénéba Yalcoué, chargée de communication et Dougnon A. Ogobara de « Action contre la faim ».

Après avoir pris part à la célébration de la journée, l’ONG « Volonté des jeunes » a effectivement tenu sa conférence-débat le vendredi dans la salle de conférence du gouvernorat du district sur le thème : « Des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition ». Une conférence animée par Alassane Camara du Commissariat à la sécurité alimentaire.

Le conférencier a d’abord parlé de la crise alimentaire qui a secoué le monde en 2008 entrainant des émeutes dans certains pays. Au Mali, a-t-il dit, pour faire face à la situation, il eut l’initiative riz. Le conférencier a souligné que l’Afrique subsaharienne souffre la plus de l’insécurité alimentaire et 280 millions d’africains y sont confrontés. En ce qui concerne le Mali, 1. 000. 200 personnes sont concernées. 200 communes sont confrontées à cette insécurité alimentaire et il faut 13 milliards de francs CFA pour y faire face. 2 millions de Maliens sont en difficulté économique. Cependant, a dit, Alassane Camara, notre pays possède 3700 ha de terres cultivables, des ressources halieutiques et aquatiques.

Y a-t-il des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition ? Selon le conférencier oui et c’est sa structure le Commissariat à la sécurité alimentaire qui les a mis en place. Il s’agit du Programme nationale de sécurité alimentaire dont la première phase a pris fin et la seconde incessamment attendue intégrera le volet de la nutrition ; l’initiative des 166 communes et le Cadre d’accélération de l’atteinte des OMD dans les 166 communes.

Cette conférence-débat qui a été présidée par le représentant du gouverneur du district, a regroupés environ une centaine de participants issus des décideurs politiques, des partenaires techniques et financiers.

Pour le directeur exécutif de l’ONG, Roland Komla Eklou, le thème principal cette année de la journée mondiale de l’alimentation à savoir : « Des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition » cadre parfaitement avec le contexte de crise que traverse la population malienne. « Cette grave crise politico-sécuritaire a engendré une crise alimentaire complexe. Cette rencontre est une opportunité pour trouver ensemble des réponses adéquates pour éradiquer la faim au Mali et en Afrique pour le bonheur des enfants et de la population », a expliqué M. Eklou.

En ce qui concerne le marathon, il a mobilisé 1500 personnes de 3 catégories (handicapés, jeunes et adultes) le samedi 19 octobre 2013 à la Bourse du travail. Il était 7 heures quand les coureurs ont entamé leur course contre la faim dans deux itinéraires à travers la ville de Bamako. Après quelques heures de courses, des kits alimentaires ont été distribués aux 7 premiers de chaque catégories et 9 personnes ont bénéficié des prix spéciaux.

L’ONG « Volonté des jeunes » a dit avoir organisé ce marathon pour contribuer à lutter contre la faim à travers le sport mais aussi pour montrer que cette journée cadre parfaitement avec leurs objectifs et missions qui consistent à lutter contre la malnutrition infantile et celle des femmes enceinte et allaitantes. Le choix du marathon se justifie, selon Volonté des jeunes, par le fait qu’il demeure une activité non pratiquée alors qu’il fait participer, dans un temps relativement court, plusieurs centaines, voire des milliers de personnes dans un espace aménagé. A travers les vertus du sport, la santé se maintient, et le sport devient ainsi un instrument d’épanouissement de masse, donc favorisant l’implication des individus dans le développement.

 

 

 

 

SourceMali-web

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *