Journée mondiale de la femme : la bonne initiative des femmes du Yéléma

Dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la femme, le bureau des femmes du parti Yéléma a tenu à son siège une conférence de presse.

Cette conférence de presse était animée par Mmes Coulibaly Korotoumou Ballo et Niambélé Jamila Traoré respectivement présidente et vice-présidente des femmes du parti Yéléma.

Au delà des activités festives, les femmes de Yéléma entendent donner un éclat particulier à cette journée de 8 mars 2019. Pour ce faire, elles ont animé une conférence de presse sur deux thèmes majeurs : “l’interprétation de la loi numéro 052 du 18 décembre 2015 et les violences faites aux femmes”.

La présidente Coulibaly Korotoumou Ballo a, d’abord, rappelé les actions menées par le bureau des femmes du parti Yelèma. Parmi lesquelles, la formation des femmes au leadership féminine, le soutien à la coalition Cheick Modibo Diarra à la présidentielle 2018. Elle a aussi évoqué la tenue des ateliers de sensibilisation auprès des femmes à travers le pays.

“Nous célébrons cette journée par une conférence de presse pour sensibiliser, informer, et surtout pour parler de la loi numéro 052 du 18 décembre 2015 instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives”, a-t-elle précisé.

A en croire la présidente, beaucoup de femmes n’ont pas compris cette loi, raison pour laquelle les femmes de Yéléma se donnent le devoir de l’expliquer notamment aux femmes.

“Ils ont dit que les 30% sont pour les femmes, ça peut être aussi des hommes lorsque la liste comporte 70% de femmes”, a-t-elle souligné.

Selon elle, cette loi prévoit l’irrecevabilité des listes au delà de deux personnes composées d’un même sexe chose qui n’a pas été respecté à l’échéance dernière, a-t-elle déploré.

“Nous avons constaté que les femmes venaient en 3ème, 4ème, 5ème position sur 98% des listes composées lors de l’élection communale dernière”, a regretté la présidente des femmes.

Niambélé Jamila Traoré, vice-présidente, a revendiqué l’application de la loi numéro 052 qui exige la parité du genre avant de déplorer les 4000 cas de violences faites aux femmes, un chiffre avancé par le ministère de tutelle dont elle a jugé alarmant. Il est important qu’on applique la loi 052 aujourd’hui qui va permettre la participation active de la femme à la vie politique. Je crois que cela est possible car au Sénégal maintenant les femmes sont représentées à plus 41% à l’Assemblée nationale “, souhaitera-t-elle.

Pour réussir ce combat de parité, la vice- présidente demande le maintient des filles à l’école.

Balla Soumaïla Traoré, stagiaire.

 

Source: indicateur du renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *