Jeunesse malienne debout et unie : » Non à la partition du Mali «

Organisée autour d’une plateforme dénommée « An Tè Son » la jeunesse malienne de tout bord a fait une déclaration le dimanche 26 octobre au CICB. L’objectif était de montrer à l’opinion internationale leur attachement à l’unité du Mali, à son intégrité et à sa laïcité. Cette déclaration a fait l’objet de lecture par Alhousseyni Aba MAÏGA, président de la plateforme avec à son côté l’honorable Moussa TIMBINE, porte-parole de ladite plateforme ; les présidents des jeunes des partis politiques de l’opposition et de la majorité présidentielle. C’était en présence du ministre de l’Emploi, de la Formation Professionnelle, porte-parole du gouvernement, Mahamane BABY. 

marche protestation jeunes femmes contre mnla liberation nord mali kidal foule

« Non à la partition de notre pays : le Mali », tel était le slogan des jeunes du Mali ; des associations de la société civile ; des confessions religieuses et des partis politiques de tous les courants confondus ; organisés au sein d’une plateforme dénommée :  » An tè Son « . En effet, convaincue qu’il n’y a de solution véritable et durable à la crise actuelle que globale, la jeunesse du Mali dans toute sa dimension et sa diversité s’engage en toute confiance pour la construction d’un Mali meilleur par son unité, sa stabilité et sa diversité. C’est pourquoi ce dimanche, de tout bord, de Kayes à Kidal sont venus des jeunes pour prendre d’assaut la salle de mille places du Centre International des Conférences de Bamako avec comme unique objectif de parler haut et fort du Mali, UN et INDIVISIBLE.

Dans son allocution, l’honorable Moussa TIMBINE a souligné qu’il s’agit d’un jour d’appel au bon sens, au patriotisme, au réalisme pour la paix, pour l’unité et la fraternité entre toutes les communautés de notre cher et beau pays. Pour lui, le Mali est une nation où les divergences idéologiques ne doivent nullement empêcher personne de s’acquitter de son devoir d’unité derrière les intérêts supérieurs du Mali.

Il faut noter que la force du peuple malien en tant que nation réside dans son unité, sa laïcité et dans sa capacité à transcender ses divergences conjoncturelles pour faire face ensemble à l’essentiel. Au regard de cette réalité, l’honorable TIMBINE invite tous les maliens à faire davantage preuve d’unité qui constitue notre force individuelle et collective.

Prenant la parole, Alhousseyni Aba MAÏGA, a rappelé que l’héritage que nous ont légué nos ancêtres qui est le Mali, n’est pas un parti, ni un groupe, encore moins un clan mais plutôt un Peuple, une Nation. A la suite de ce rappel, il procéda à la lecture de la déclaration dont nous vous proposons l’intégralité.

 » Par conséquent, nous, jeunes du Mali :

Rappelons la Constitution du Mali en ses articles 25 et 26, les différentes résolutions des Nations Unies 2075, 2085, 2100 et 2164, l’accord préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013 et la feuille de route d’Alger consacrant tout le caractère laïc, indivisible et unitaire de la République ;

Refusons toutes les velléités séparatistes sous toutes leurs formes, qu’il s’agisse d’autonomie, de fédéralisme ou d’indépendance ;

Invitons les autorités, les partenaires et amis du Mali à faire preuve de vigilance dans la conduite des négociations de paix pour ne pas tomber dans le piège des séparatistes ;

Lançons un appel pour une mobilisation nationale et patriotique autour du Mali contre les ennemis de la paix.

Demeurons convaincus que  » Kidal respire le Mali « , en conséquence nous disons non à tout amalgame pouvant compromettre la cohésion sociale et la réconciliation des Maliens.

Remercions les forces de la MINUSMA, de BARKHANE pour leur soutien indéfectible aux FAMA dans leur mission de défense et de sécurisation du territoire et du peuple malien pour la souveraineté de l’Etat Malien qui, certes, a tangué mais ne chavirera jamais grâce aux sacrifices de nous tous.

Rendons hommage à tous les militaires et civils tombés sur le champ de l’honneur pour la défense de la patrie et présentons nos condoléances les plus attristées aux familles endeuillées.

Exhortons en fin les autorités du Mali à tirer tous les enseignements utiles des gouvernances précédentes des crises successives ou récurrentes du nord afin que le prochain Accord puisse définitivement garantir la paix et la stabilité de notre pays. »             M.BALLO

SOURCE: Zénith Balé  du   1 nov 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.