Jeunesse et entreprenariat : YALI-MALI LANCE SES ACTIVITES 2016

yali Young African leaders initiatives

L’Association des anciens boursiers du programme « Young african leaders initiatives » (YALI) du président américain Barack Obama, a procédé samedi à l’hôtel Onomo de Bamako, au lancement de 2 projets financés par l’ambassade des États-Unis d’Amérique. La cérémonie s’est déroulée en présence des ministres de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de la Jeunesse et de l’Action citoyenne, Mahamane Baby, des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Amadou Oumar Hass Diallo, et de l’ambassadeur des États-Unis au Mali, Paul Folmsbee.
Lancé en 2010, le programme YALI est une initiative du président Obama dont le but est d’investir dans les futures générations de dirigeants africains. Il soutient de jeunes leaders africains qui contribuent au développement de leur communauté en renforçant la bonne gouvernance et en améliorant les conditions de paix et de sécurité sur le continent. Ce sont des jeunes entrepreneurs, leaders de la société civile et jeunes cadres des secteurs public et privé et des organisations internationales. L’objectif de YALI-Mali, selon sa présidente par intérim, Mme Diallo Nana Diaby, est de faire participer la jeunesse malienne au développement du pays à travers des initiatives innovantes et la créativité.
Avec plus de 70% de la population ayant moins de 25 ans, l’Afrique est le continent qui compte le plus de jeunes dans le monde. Il regorge d’une main d’œuvre abondante. Cependant, cette jeunesse fait face à un sérieux problème de chômage qui ralentit la croissance économique de la région.
Au Mali, 200.000 jeunes, dont 100.000 ruraux, sont versés chaque année sur le marché de l’emploi, selon une récente étude de la Banque mondiale. Aujourd’hui, il existe une réelle volonté des pouvoirs publics de résoudre ce problème à travers la formation professionnelle, a souligné le ministre Baby. Cette volonté se traduit par le projet de Formation professionnelle, insertion et appui à l’entrepreneuriat des jeunes ruraux (FIER) qui cible la tranche des 15-40 ans.
C’est dans cette ordre d’idées que YALI a décidé de s’attaquer au problème du chômage des jeunes. La faiblesse du secteur privé qui n’arrive pas à absorber les milliers de jeunes en âge de travailler est un facteur aggravant du phénomène, relèvent les jeunes leaders. Il revient, de leur point de vue, à l’État de créer un environnement favorable à la création d’entreprises afin de trouver une solution au problème.
Yali-Mali s’attellera, pour sa part, à la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes hommes et femmes grâce à des échanges d’idées et d’expériences pour le développement socio-économique de notre pays.
Le leadership auquel aspire et travaille Yali-Mali commande aux jeunes d’abandonner leur posture de « demandeurs d’emplois » pour être des « créateurs d’emplois » dans le cadre d’un partenariat « gagnant-gagnant » à tous les échelons, a soutenu Mme Diallo Nana Diaby pour le compte de cette association.
La formation est l’outil indispensable pour réaliser ce progrès économique et social, a confirmé l’ambassadeur Folmsbee qui a insisté, au passage, sur le renforcement des capacités permettant aux jeunes de se prendre en charge et de mieux connaître leurs propres droits et ceux des autres pour les respecter et constituer ainsi des remparts solides contre l’intolérance et l’extrémisme sous leurs formes.
Yali-Mali mène des actions de renforcement des capacités des ressources humaines, la première et la plus importante de toutes les ressources.  Les deux projets à l’actif des jeunes entrepreneurs de Yali-Mali, mis en valeur à la faveur de ce lancement, portent d’ailleurs sur le renforcement des capacités de la jeunesse malienne et sur la thématique de la santé publique, avec un accent particulier sur le leadership et l’entrepreneuriat des jeunes.
Pour rappel, parmi les 500 jeunes africains invités aux Etats-Unis dans le cadre du Yali, figuraient 6 Maliens qui ont passé six semaines dans des universités américaines parmi les plus prestigieuses. Il s’agit de Mahamadou Diakité (président de Yali-Mali), Amina Sidibé, Dalada Bally, Mahamadou Camara, Adama Kouyaté et Ippet Bernadette.
C. A. DIA

source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *