Intrants agricoles : Malimark organise la chaine d’approvisionnement des paysans

campagne agricole riz champ verge paysanne cultivatriceL’ONG Malimark a organisé, vendredi dernier dans la salle de conférence de la direction générale de la dette publique, une journée de concertation entre les revendeurs, les sociétés/compagnies fournisseuses d’intrants agricoles. C’était sous la présidence de la directrice de l’ONG, Mme Tangara Aminata Coulibaly, et en présence du directeur national de l’agriculture, Moussa Camara, et de nombreux représentants de firmes et sociétés d’intrants agricoles. Les représentants de l’Union nationale des revendeurs d’intrants agricoles (UNRIA) et les producteurs des zones d’encadrement étaient également présents à cette importante rencontre.

L’affluence et l’attrait pour cette journée étaient aisément compréhensibles car son sujet central était « l’approvisionnement à temps opportun des producteurs en intrants de qualité pour la campagne agricole 2016-2017 ». En effet, l’ONG Malimark, a indiqué Mme Tangara Aminata Coulibaly, exécute deux projets phares : le Programme de diffusion à large échelle des technologies sur le mil et le sorgho dans les régions de Sikasso et Mopti sur financement de l’USAID à travers ICRISAT et le Programme de renforcement des capacités des distributeurs d’intrants agricoles et des organisations paysannes au Mali désigné par son sigle anglais « A2F » pour « Program Agrodealers to Farmers. A2F est financé par l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA).

Grâce à ces deux programmes, Malimark entend accroitre les revenus des producteurs. Le renforcement du système de distribution des intrants au Mali devrait, en effet, entrainer l’amélioration de la production et de la productivité agricoles. Dans le cadre de ses activités, Malimark collabore à la fois avec les sociétés fournisseuses d’intrants agricoles (semences, engrais et produits phytosanitaires) et les instituts de recherche comme l’Institut d’économie rurale (IER) et ICRISAT. L’ONG s’emploie à mettre en relations des « agrodealers » avec les sociétés fournisseuses d’intrants agricoles pour l’exécution des crédits fournisseurs. Elle fait aussi la promotion de nouvelles technologies grâce aux foires d’exposition et de vente des intrants, à l’installation de parcelles de démonstration, à l’organisation de journées agricoles.

L’obtention de prêts par les institutions de micro-finance pour la campagne hivernale, la contre-saison et la commercialisation des produits post-récolte ainsi que l’organisation de sessions de formation pour renforcer les capacités techniques de l’agrodealer font aussi partie de la batterie d’interventions de Malimark. Toutes ces activités, a précisé la directrice nationale de l’ONG, participent à la diffusion de nouvelles technologies, la professionnalisation des « agrodealers », la lutte contre les produits obsolètes sur le marché, l’installation de cadres opérationnels de collaboration entre les sociétés et les « agrodealers » pour un meilleur approvisionnement des paysans en intrants de qualité et à temps opportun.

Malgré ces efforts, des lacunes persistent comme les faibles capacités d’intervention des « agrodealers », la méconnaissance de certains domaines à cause de la faible couverture de thèmes de formation. La journée de concertation initiée par l’ONG se justifie donc amplement en vue d’améliorer considérablement les capacités d’interventions des acteurs. Malimark a donc vivement sollicité la participation des membres de l’Union nationale des revendeurs d’intrants agricoles (UNRIA) et leur intervention jusqu’aux villages les plus reculés du pays afin que chaque paysan puisse disposer d’intrants de qualité et à temps opportun, a souhaité Mme Tangara.

Cet appel n’a pas échappé au président de l’UNRIA, Ousmane Théra, qui considère que la journée revêt une importance cruciale pour les « agrodealers » qui ont élaboré un plan de campagne d’approvisionnement des paysans. Ce plan est le fruit d’un long processus de démarchage des paysans pour évaluer leurs besoins, a révélé Ousmane Théra qui a rappelé que la collaboration entre les sociétés d’intrants agricoles et les « agrodealers » favorise le développement de segments de distribution de ces produits et la promotion économique des acteurs.

Ousmane Théra a souligné que l’Union nationale des revendeurs d’intrants agricoles, créée en 2010, a pour but de développer des initiatives afin d’améliorer l’accessibilité d’un plus grand de producteurs aux intrants agricoles. Elle regroupe 58 associations réparties entre les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti et le District de Bamako.

L’UNRIA et Malimark ont donc des intérêts convergents, au premier rang desquels assurer le meilleur approvisionnement possible des paysans en intrants agricoles pour la campagne agricole 2016-2017.

M. COULIBALY

Source : L ‘ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *