Intervention française: pour qui roule Ben le cerveau ?

Des jeunes regroupés au sein de la Plateforme ‘’ Yèrèwolo débout sur les remparts’’, envisagent d’organiser, demain mercredi 20 janvier, une marche pour demander le départ de la Force française Barkhane du Mali. L’un des principaux organisateurs de cette manifestation contre la présence militaire française au Mali est Adama Ben DIARRA dit Ben le cerveau. Celui-ci est connu comme un activiste qui se mêle de presque toutes les manifestations au Mali. Pour rappel, il s’est signalé lors des manifestations pour la réhabilitation de la route Kati-Kayes. Il a été également aperçu en 2012 auprès du Mouvement populaire du 22 Mars (MP22) avec les Oumar MARIKO, dans les manifestations du M5-RFP, entre autres.

 

Adama Ben DIARRA, a été interpellé en 2020 lors des manifestations du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces démocratiques (M5-RFP) qui réclamait la démission de l’ancien Président Ibrahim Boubacar KEITA. Après sa libération, il est parti présenter ses respects à Oumar MARIKO qui l’a accueilli avec du bon ‘’dibi sogo’’.
Après la chute du régime IBK, le jeune Adama a été accueilli et nommé avec grande bienveillance au sein du CNT. Cela se justifie par le fait qu’après le coup d’Etat du 18 août 2020, Ben le cerveau a été l’un des jeunes qui ont élu domicile à Kati ou résidait le CNSP. Il avait été ‘’recruté’’ pour, dit-on, être l’interface du CNSP avec la jeunesse.
C’est ce Ben le cerveau qui est aujourd’hui le principal organisateur de la manifestation contre la présence de la force française sur le sol malien. Il s’affiche avec des activistes internationaux comme Kémi SEBA et fait des déclarations tapageuses malgré son statut de membre du CNT. Il entraine avec lui d’autres membres du CNT contre la présence des militaires français au Mali. Alors que la France reste jusqu’à preuve du contraire un allié privilégié et stratégique du Mali.
Avant de se lancer dans le présent projet, Ben le cerveau a outrepassé l’interdiction de manifester à Kati en organisant, la semaine passée, un meeting non autorisé. Se croyant au-dessus de la loi, il veut récidiver en organisant un autre meeting demain mercredi 20 janvier à la Place de l’indépendance.
La question que l’on est en droit de se poser est de savoir quel deal ou quelle protection Ben le cerveau a au sein de la transition pour avoir ce courage ? Qui le protège ? Qui lui garantit l’immunité de défier la République en foulant au pied l’interdiction de marcher ?

Par Modibo KONE

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *