Institut des sciences humaines : LE PROBLÈME DE LA RELÈVE DES CHERCHEURS

L’Institut des sciences humaines (ISH) a tenu, hier, la 12è session de son conseil d’administration dans ses propres installations à Sotuba ACI. La réunion était dirigée par le conseiller technique au ministère de l’Innovation et de la Recherche scientifique, Dr Diarra Haby Sanou, en présence du directeur général de l’établissement, Dr Moussa Sow, et de la quasi totalité des administrateurs.

L’examen et l’adoption du procès-verbal et l’exécution des recommandations de la précédente session, le rapport d’activités de l’année écoulée, le point de l’exécution du budget pour le même exercice, étaient les points inscrits à l’ordre du jour. Les administrateurs se sont aussi prononcés sur le programme d’activités de l’exercice entamé (2019) et le budget y afférent. Le directeur général de l’ISH a remercié son personnel mais aussi les administrateurs pour leur accompagnement durant ces dernières années. Il a ensuite rappelé que 2018 a été une année difficile du fait de certaines contraintes budgétaires. Le patron de l’institut a expliqué aussi que la situation a pu être compensée.
Pour sa part, Dr Diarra Haby Sanou a expliqué que l’Institut des sciences humaines s’est toujours efforcée d’être une centrale, permettant la rencontre et le brassage entre les chercheurs en sciences sociales et humaines du Mali, à travers la mise en œuvre de ses programmes de recherche et les publications de sa revue : « Etudes maliennes ». En plus de la sociologie et de l’anthropologie, le rôle de l’ISH est d’apporter aussi un appui aux sciences dures, par exemple à travers la diffusion des technologies mises au point, a ajouté la présidente de séance.
Par ailleurs, elle a souligné que les sciences sociales et humaines doivent être aussi des instruments d’orientation pour l’action collective sur le complexe mais exaltant chantier de la réconciliation nationale et de la paix. Elles permettent également une meilleure connaissance des évolutions actuelles de notre société et devraient donc contribuer à armer le décideur. En outre, Dr Diarra Haby Sanou a rappelé que les activités de l’ISH s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale de la science, de la technologie et de l’innovation, adoptée par le gouvernement en 2017. Elle a aussi évoqué le contexte de la session qui se tient à un moment où les travailleurs de l’institut s’attèlent à l’approfondissement des activités de recherche ainsi qu’à la formation d’une relève scientifique de qualité, en vue de la redynamisation de la structure et l’amélioration des conditions de travail.
Pour elle, la question de la relève scientifique se pose avec acuité et surtout au moment où, les chercheurs seniors sont appelés progressivement à faire valoir leur droit à la retraite. C’est ainsi que 15 jeunes chercheurs de l’ISH sont, aujourd’hui, engagés dans le processus de la formation doctorale. Ce qui permettra de renforcer les capacités de l’Institut des sciences humanes et d’avoir un avenir prometteur à moyen et long terme, se réjouit Mme le conseiller technique.
Selon Haby Sanou, le budget 2019 de l’institut est équilibré en recettes et en dépenses à un peu plus de 425 millions de Fcfa contre une subvention d’un peu plus 415 millions de Fcfa l’année dernière, soit une augmentation de plus de 2,45%.
Les prévisions pour l’exercice en cours concernant les ressources propres sont estimées à 45 millions de Fcfa contre 60 millions en 2018, soit une diminution d’environ 25%. Cette diminution se justifie par la clôture de certaines conventions, a souligné la présidente de séance.
Enfin, elle a invité les administrateurs à analyser objectivement les documents soumis à leur approbation et formuler des orientations pertinentes pour que l’institut participe véritablement au développement des sciences sociales et humaines dans un pays disposant d’un riche patrimoine historique et culturel.

Yaya DIAKITÉ

L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *