Grève de l’UNTM : La coordination des comités syndicaux de la DAF, des DRH, des CPS et des DFM de la primature et des départements ministériels se désolidarise

La coordination des comités syndicaux de la DAF, des DRH, des CPS et des DFM, ne participera pas à la grève prévue par la plus grande centrale syndicale du Mali (UNTM), les 18, 19 et 20 novembre prochains. L’annonce a été faite dans un communiqué publié, lundi 9 novembre 2020. Si cette coordination a trouvé opportunes certaines des doléances de l’UNTM, elle a, par ailleurs, manifesté son incompréhension face à d’autres.

Parmi les doléances de la plus grande centrale syndicale du Mali, l’UNTM figurent, entre autres, l’augmentation de la dotation budgétaire du conseil économique, social et culturel, l’arrêt des activités de l’office central de lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI), une large participation au Conseil national de transition (CNT), etc.

Si la coordination des comités syndicaux de la DAF, des DRH, des CPS et des DFM trouve le premier opportun, en raison des résultats peu productifs de la dernière institution, elle ne juge pas autant pour les deux derniers.

En ce qui concerne l’arrêt des activités de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI), la coordination des syndicaux de la DAF, des DRH, des CPS et des DFM trouve que la lutte contre la corruption est un devoir syndical. De ce fait, elle estime que le rôle des syndicats doit être plus que jamais de portée de main forte à toutes les structures de contrôle et de vérification pour la déontologie, l’éthique ainsi que l’engagement auprès des militants.

Sur la question de large participation au Conseil National de Transition (CNT), la coordination des comités syndicaux de la DAF, DES DRH, des CPS et des DFM pense que c’est un devoir qui revient aux vrais acteurs du changement. « Pour l’assemblée générale, la part belle de représentation au sein des membres du Conseil national de transition doit revenir aux vrais acteurs de l’avènement de la quatrième république pour éviter l’échec de la refondation du Mali », lit-on dans le communiqué.

Selon la coordination des comités syndicaux de la DAF, des DRH, des CPS et des DFM de la primature et des départements ministériels, il y’a une incohérence dans la motivation de l’UNTM à partir en grève les 18, 19 et 20 novembre prochains. « à la lumière de toutes ces incohérences constatées dans le préavis de grève de la centrale historique allant du 18, 19 et 20 novembre 2020, l’assemblée générale des comités syndicaux de la DAF, DRH, des CPS et des DFM de la primature et des départements ministériels a décidé de se désolidariser au mot d’ordre de grève et demande à ses militants de travailler normalement pendant les jours suscités », est-il indiqué dans le communiqué.

Issa Djiguiba

Source: Le PaysMali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.