Grande chancellerie : LA PROCEDURE POUR LES HONNEURS FUNEBRES

Il m’est demandé de constater qu’une certaine confusion régnait lors de décès de membre des Ordres nationaux, quant à la saisine de la Grande chancellerie pour les honneurs funèbres qui leur sont dus.

medaille hommage funeraire soldat militaire armee malienne
En effet, l’annonce de ces décès à la Grande chancellerie se fait par divers canaux, très souvent par la famille du défunt, mais rarement par les voies les plus indiquées. Cet état de fait, dû généralement à l’ignorance des dispositions réglementant le domaine, impacte négativement sur les prestations de la Grande chancellerie et peut aboutir à des frustrations dans les familles  des défunts.
Aussi, ai-je l’honneur de porter à votre connaissance que « les autorités administratives sont tenues, chaque fois que le décès d’un titulaire de la Médaille d’Or de l’indépendance, d’un membre de l’Ordre national ou d’un titulaire du Mérite national, parviendra à leur connaissance, d’en rendre compte au ministère dont elles relèvent en indiquant les circonstances de la disparition. Le ministre saisi transmettra sans délais ce compte-rendu au Grand chancelier des Ordres nationaux. » (Art. 1 du Décret n° 80/PG-RM.G.CH. du 24 mai 1967, fixant les conditions dans lesquelles les comptes rendus de décès des membres des Ordres nationaux sont adressés à la Grande chancellerie.)
Je rappelle par ailleurs que les honneurs funèbres sont dus essentiellement, aux Médaillés d’Or de l’indépendance, aux Grand-Croix de l’Ordre nationaux, aux Grands officiers, aux Commandeurs, Officiers et Chevaliers de l’Ordre national.
Il importe donc que les annonces de décès des membres de l’Ordre ayant droit aux honneurs funèbres, se fassent uniquement par la voie officielle ci-dessus évoquée pour une plus grande implication de toutes les parties prenantes.
Une large diffusion de ces dispositions et leur respect, permettra une plus grande implication de toutes parties prenantes, sera gage d’une meilleure organisation des cérémonies par la Grande chancellerie.

Source : L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.