Gestion des terres agricoles au Mali : Les femmes sont-elles oubliées ?

Des  préoccupations    foncières      des  femmes   étaient  au centre  d’un  atelier  de  diffusion  de la  loi  foncière organisé  le  18 janvier 2023 à l’APCAM  par   la   fédération   nationale  des femmes  rurales( FENAFER).  À  cet effet,  une  série  de  plaidoirie a  été  formulée     à  ce que  la  loi  2017 votée  en faveur  de l’accessibilité  des  femmes  à  des terres  puisse   être   appliquée .

Cet atelier  placé  sous le thème : ” rôle et place des femmes dans les commissions foncières villageoises”, a  marqué  la présence  de la représentante  du ministre  de la Promotion   de  la femme,  de l’enfant et de la famille  Mme  Fabe  Binta Bocoum et la  présidente  de la FENAFER,  Mme Niakaté  Goundo Kamissoko.

Au   Mali  la   problématique  liée  à  la  gestion  équitable   des  terres   cultivables   semble   devenir  une réalité  par le fait  de  la non application  des lois agricoles  prises   au   profit des femmes  rurales  et urbaines.   Au-delà  des  défis  de  la  transformation  de  la chaîne   de  valeur  dans  le cadre    de  l’élevage,  de la pêche,  les  femmes   occupent   une  place  de  choix  importante   dans    l’amélioration  de la  sécurité  alimentaire  notamment,   dans  le domaine  de  l’agriculture,   mais  semblent   être   ignorées  dans  la  gestion  de ces  ressources  attractives.     En  effet,   pour  bien  prendre en compte,  leurs  préoccupations  économiques,   une  loi  a été  votée  en  2017  consacrant  15%  des espaces  aménagés   de  l’Etat  et  des Collectivités  territoriales  destinés  aux femmes  dont    l’objectif    est   d’assurer   non seulement,   un accès équitable   des  ressources  foncières.    Mais  également,    de créer  des conditions  nécessaires  qui  favoriseraient  les  investissements  publics  ou  privés  dans  les terres agricoles   au  profit    des  femmes.  De même,  pour  que  ces  couches puissent  être  mises  dans   leurs   droits,    la   présidente  de  la  fédération   nationale   des femmes  rurales,  Mme  Kamissoko   a   plaidé   pour  faciliter  l’accès  à  des terres agricoles     pour   les  femmes  afin d’assurer    leur   bien-être  social.    Pour  rappel,  ledit  atelier    rentre dans  le cadre  de  la  mise en œuvre des   actions  de  plaidoyer pour l’élimination  des  dispositions  discriminatoires   par  l’application effective   de  la  loi  foncière  au profit des  femmes  rurales.  Mieux  encore, les  objectifs   spécifiques   dudit   atelier  étaient,  d’informer  les  participantes  sur   les concepts  de  base  de  la loi  foncière  agricole,  de partager  le  contenu  des organes  de  gestion  du  foncier agricole  et  surtout  le rôle et  la place  des  femmes,   entre  autres.    Partant,       la  présidente   de la  FENAFER recommande  à    ce  que  lesdites   femmes   soient  impliquées    dans les  questions   foncières   et  de   les   intégrer  si possible,    dans   les différentes  commissions  féminines   du  pays   devant  leurs  permettre   de  ne plus   être   un  outil de conquête du  pouvoir qu’il   fallait  s’en  servir  pour  des besoins  électoraux   et  de mobilisations.

                                                                                                                            Yacouba   COULIBALY

Source : L’Alternance

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.