« GESTION DE CRISE DE TYPE DE SECURITE INTERIEURE » : Le CSS et Panorama-Corsec renforcent les capacités des forces de sécurité et de la protection civile

Le Collège Sahélien de Sécurité (CSS) a abrité, le vendredi 16 octobre, la cérémonie de clôture du séminaire « Gestion de crise de type de sécurité intérieure ». C’était sous l’égide de Chérif Hamidou Bah, point focal du G5 Sahel au Mali.

Organisé par le Panorama-Corsec et le Collège Sahélien de Sécurité, l’atelier de cinq jours avait pour but de « renforcer les connaissances mutuelles dans le domaine de la gestion de crise et de partager les difficultés que rencontrent les différents acteurs opérationnels des pays du G5 Sahel (…) ». Des objectifs atteints, selon Chérif Hamidou Bah, point focal du G5 Sahel au Mali qui a invité les participants à mettre en pratique les connaissances acquises.

« L’évolution du contexte sécuritaire dans la bande sahélo-saharienne au cours de la décennie a été marquée par des menaces sécuritaires persistantes qui portent les germes de remise en cause de tout le processus de développement entrepris par les pays et leurs partenaires » a analysé M. Bah. C’est pourquoi, le G5 Sahel a mis en place plusieurs outils comme la force conjointe et le Collège Sahélien de Sécurité.

Pour sa part, le conseiller Sécurité Développement de la délégation de l’Union Européenne au Mali, Benoit Cusin, a indiqué que l’objectif du projet Panorama-Corsec est de renforcer les institutions chargées de la sécurité publique et du respect des Lois. Il s’inscrit dans la stratégie Sahel de l’Union Européenne adoptée en mars 2011 et pour laquelle les vingt-huit Etats se sont engagés aux côtés des autorités nationales à soutenir les efforts menés dans le domaine de la sécurité, mais aussi assurer un lien étroit entre celle-ci et le développement.

Le Colonel Olivier Diassana du Mali, porte-parole des séminaristes, a insisté sur l’importance de la présente rencontre, notamment jeter les bases du renforcement de la capacité opérationnelle des forces de sécurité et de protection civile dans leur mission de gestion de crise. Selon lui, l’ampleur des catastrophes est de plus en plus sévère du fait de l’urbanisation des villes. C’est pourquoi, souligne-t-il, les forces de sécurité et de la protection civile doivent aussi évoluer du point de vue technique et procédural.

Le coordinateur du CSS, le Général Moro Diakité et le conseiller technique du Ministère de la Sécurité, le commissaire principal Bakoun Kanté, ont tous salué le professionnalisme des experts, qui n’ont ménagé aucun effort pour le succès du séminaire.

La cérémonie a pris fin par la remise des diplômes aux participations. Il convient de souligner que vingt-trois personnes dont une femme ont pris part au présent atelier.

Abdrahamane Sissoko

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *