Filière bétail au Mali : C’est la pénurie

Sevrés de tourteau de coton par les huiliers du Mali au profit des pays de la sous région, les acteurs de la filière bétail ont organisé, le jeudi 22 février 2018, une conférence de presse pour interpeller les plus hautes autorités sur la situation et les appeler à sauver le cheptel du Mali. C’était à l’Assemblée permanente de la Chambre d’agriculture du Mali (Apcam).

Les éleveurs maliens souffrent le martyr  depuis quelque  temps. En effet, contrairement aux années précédentes où ils partaient en transhumance dans les pays voisins ;  en cette période,  on (décideurs de ces pays limitrophes) vient  de leur fermer les frontières. Pire, les huiliers  du Mali  exportent le tourteau du coton au détriment des éleveurs maliens. Ce qui provoque une situation de pénurie.
A ce sujet, Sanoussi Bouya Sylla, Président de la chambre régionale d’agriculture  du District de Bamako et non moins  5e vice-président de l’Apcam, a rappelé de prime abord  que le Mali  est un pays à vocation agro-pastoral. Et qui dit  agropastoral parle forcement du cheptel qui constitue la troisième source de revenu du pays. «La couverture végétale  fait défaut au Mali.  Le pastoralisme est en danger. Les pays limitrophes où les éleveurs partaient en transhumance les ont interdit l’accès de leur territoire. », a-t-il déploré. A la quête d’une alternative avant la saison des pluies, les éleveurs du Mali espéraient  nourrir leur bétail avec le tourteau du coton graine.
Sans verser du lait sur la Fédération des huiliers du Mali,  M. Sylla soulève le paradoxe auquelles éleveurs sont  confrontés. « Ils utilisent les graines du coton cultivés  par les agriculteurs maliens et subventionnées par l’Etat mais ne profitent pas au cheptel malien. Nous sommes étonnés de constater qu’avec 76 usines d’égrenage d’aliment bétail et après le lobbying de ces dernières auprès de l’Apcam, en vue d’accéder à la liste des fournisseurs mais qui refusent aujourd’hui de vendre le tourteau aux éleveurs par ce que la situation est difficile », a-t-il expliqué.
Avant d’ajouter : «  Pourtant, nous remarquons les camions chargés de tourteaux en direction de la Mauritanie et d’autres pays. En d’autres périodes, cela peut être acceptable mais pas en cette période d’extrême urgence où les pluies ont été rares ».
Mahamane Maïga

 

Source: lejecom

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *