Fête du travail 2022: la CSTM invite l’État à respecter ses engagements

Dans le cadre de la célébration de la 136e édition de la Journée internationale du travail, la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM) a initié, ce mardi 10 mai 2022, une visioconférence sur le thème : « Le Mali notre destin commun : approprions-nous-en ». C’était à son siège au Quartier du fleuve. L’occasion était bonne pour le secrétaire général de la CSTM, Hammadoun Amion Guindo, d’inviter l’État à respecter ses engagements pris en 2021 face aux travailleurs.

 

L’ouverture des travaux de cette conférence était présidée par le représentant du ministre du Travail, de la Fonction publique et du dialogue social, Mamadou KONATE ; en présence du secrétaire général de la CSTM, Hammadoun Amion GUINDO ; du secrétaire général adjoint de l’UNTM, Abdrahamane TOURE ; des représentants de la CDTM, de la CMT.

On notait également la présence du représentant de la Fondation Friedrich Ebert STIFTUNG (FES), Christian KLATT ;

Cette l36è année de commémoration du 1er mai par la Communauté Internationale et la 24e année de célébration par la CSTM se déroule à un moment où la situation de notre pays est encore préoccupante vu tous les complots qui se préparent par ses détracteurs.

En plantant le décor, Hammadoun Amion GUINDO a souligné qu’aujourd`hui encore notre patrie se tient debout en dépit de toutes les crises qui se la partagent. Cependant, rassure-t-il qu’il y ait lieu d’espérer sur un lendemain meilleur auquel nous sommes tous comptables.

« En tant que centrale syndicale nous avons foi en nos propres capacités à nous investir pour aider notre pays à voir un lendemain meilleur avec toutes ses filles et tous ses fils réunis, d’où tout le sens du thème central de cette commémoration : ‘’Le Mali notre destin commun : approprions-nous-en’’ », a-t-il martelé.

En en croire M. Guindo, les ennemis de notre pays font toutes les manœuvres pour le voir sombrer.

Face au péril, le Mali, dit-il, a cependant besoin du sacrifice et de l’attention de toutes ses filles et de tous ses fils.

À ce propos, il a tenu à saluer tous les sacrifices consentis, toute la résilience manifestée par la population en général et des travailleurs en particulier dans la double crise sécuritaire et sanitaire imposée à notre pays et accentuée par les sanctions du 9 janvier 2022.

« Je vous exhorte encore à plus de résilience surtout à plus de vigilance pour ne pas tomber dans les pièges de nos détracteurs dont le principal motif est de nous déstabiliser pour reconduire un système de gouvernance que nous estimons dépasser », a-t-il conseillé.

Aussi, le secrétaire général a également salué tous les efforts et initiatives entrepris par nos plus hautes autorités pour aider notre pays à recouvrer sa souveraineté et son intégrité.

Cependant au nom de la CSTM, il les a interpellés à tout mettre en œuvre pour éviter aux travailleurs et à la population de sombrer sous le poids de la cherté de la vie, toute chose qui pourrait être une source de tension sociale.

Dans son intervention, il a rappelé au Gouvernement et au Patronat les accords signés en septembre 2021 pour lesquels des Commissions de suivi ont été mises en place. « Il est impérieux, voire indispensable, qu’ensemble nous respections nos engagements », a-t-il dit.

Selon lui, l’existence de ces acquis ne doit aucunement occulter les nombreux défis restants à relever au nombre desquels nous pouvons citer : le pouvoir d`achat ; l’insécurité ; la sauvegarde et la promotion de l`emploi ; la protection des droits et libertés.

Au passage, il s’est réjoui des très bons rapports de partenariat que sa centrale entretienne avec la Fondation Friedrich Ebert Stiftung et le Patronat.

Il a profité de l’occasion pour rappeler la nécessité pour les organisations syndicales du Mali d`aller vers l’unité d`action syndicale. Comme le fait d’ailleurs depuis un certain temps maintenant la CSTM et l`UNTM qui travaillent de plus en plus dans un climat syndical de grande confiance autour des programmes : CARES, PANAF, CNV International et du Réseau Syndical Migration Méditerranées et subsahariennes (RSMMS).

Au cours de cette visioconférence, plusieurs communications ont été entendues dont, entre autres : « L’apaisement du climat sociopolitique actuel du pays : quelle contribution du mouvement syndical malien en général et de la CSTM en particulier » ; « Terrorisme et crises sécuritaires au Mali : gestion et résolution. Quelle implication des forces vives de la nation ? » « Les sanctions de la CEDEAO : base juridique, quels impacts socio-économiques et politiques pour le Mali » ; etc.

Tour à tour, le représentant du Gouvernement, de la FES, et de l’UNTM ont pris la parole pour saluer et féliciter la CSTM pour cette initiative.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info-Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.