Vols de motos Djakarta : Les voleurs coupent le sommeil à Sébéninkoro

Le phénomène de vols de motos Djakarta est fréquent dans tous les quartiers de Bamako. Sébénikoro, semble pourtant avoir la palme.

 

 Bintou habitante à Sébénikoro s’est vue voler sa moto devant sa porte à moins d’une heure de son rendez-vous avec un client important. Un jour ouvrable qu’elle dit ne jamais oublier. Selon la victime, j’ai oublié mon portefeuille à la maison. Quand je m’en suis rendue compte j’ai fait demi-tour. C’était aux environs de 6 -7 h du matin. J’ai garé ma moto devant ma porte pour récupérer mes pièces. A ma sortie, je constate que mon engin a disparu. Pourtant je ne voyais personne aux alentours. Mes larmes ont commencé à couler sans m’en rendre compte. Ce jour-là, j’avais un entretien très important avec un grand client à 8 h mais malheureusement je suis venue en retard et le marché a été donné à mon conçurent.

Des cas similaires de vols ne sont pas rares de nos jours. Les vols de motos et des braquages ont connu une vraie recrudescence dans la capitale. Tous les quartiers de la capitale sont victimes de ce fléau, mais Sébéninkoro semble remporter la palme.

D’après l’inspecteur de police Tablé Diarra du 9e arrondissement, les voleurs ont plusieurs modes opératoires : vol à domicile par exemple défoncer une porte la nuit pour voler la moto ; vol spontané par exemple avoir une opportunité de voler une moto laissée par une personne dans la rue. Il n’y a pas de moment précis pour ces vols et des systèmes de braquages avec l’utilisation d’armes à feu.

A Sébéninkoro, des voleurs qui y opèrent ne semblent pas du tout inquiets. Ils ont même le toupet d’opérer en pleine journée en faisant souvent usage d’arme à feu. Maintenant plus qu’auparavant le danger plane partout à Sébéninkoro et les morts violentes aussi.

En revenant du travail sur la grande route de Sébéninkoro aux environs de 4h à 5h du matin, j‘ai constaté soudainement que j’étais suivi par deux personnes à moto. Je me suis arrêté très vite auprès d’un vendeur de café. Quand ils m’ont devancé j’ai continué ma route quelques minutes. Arrivé dans mon quartier, je vois les mêmes personnes me couper la route en me disant de descendre de ma moto. Ils étaient cette fois-ci munis d’un pistolet et d’une machette. Par peur d’y laisser ma vie j’ai obéi sans grincher. Lorsqu’ils ont pris le départ, j’ai crié au voleur, il y avait des jeunes qui sont venus à mon secours, mais les voleurs ont tiré en l’air pour les disperser et sont partis avec les deux motos. Ne maitrisant pas le quartier, ils ont été poursuivis par les jeunes. Un des deux voleurs tomba et sera stoppé par un vendeur d’essence du coin qui reçoit une balle de son tour. Le deuxième voleur parvient à se sauver, mais le vendeur d’essence, malgré sa blessure, parvient à maitriser le cambrioleur avant l’arrivée des jeunes de l’entourage. Ce dernier à terre a été lynché par la foule et battu à sang. Il est mort avant l’arrivée des policiers. J’ai récupéré ma moto par chance et la police est venue prendre le corps du voleur, témoigne Yacouba Doumbia.

De toute évidence, le phénomène de vol de motos Djakarta à Sébéninkoro est un facteur de préoccupation à la fois pour la population et pour les autorités en charge de la sécurité des personnes. En conséquence ce phénomène peut affecter la victime et aussi la vie du voleur en dépend.

 

Issa Diakité (stagiaire)

Mali Tribune

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *