Un éminent gynécologue de l’hôpital Gabriel Touré victime de bavure policière

C’était la semaine dernière, aux environs de 23 heures, non loin du siège du PMU-Mali, en plein centre-ville de Bamako.
Appelé d’urgence à l’hôpital Gabriel Touré pour une alerte au coronavirus, Pr Mounkoro, chef du service Gynéco-obstétrique de l’hôpital Gabriel Touré, se rend à toute allure à son bureau.


Après examen du patient suspecté, il tente de regagner son domicile à bord de sa voiture. Il était 22 heures passées. Arrivé non loin du siège du PMU-Mali, il est stoppé net par une patrouille de police.
Malgré sa carte professionnelle et sa carte d’ancien élément du SNJ (Service National des Jeunes) qu’il montre aux agents, il est malmené par les agents de police, qui se croyaient tout permis.
A en croire des témoins, Pr Mounkoro a été humilié par les agents de police, qui n’avaient aucun égard, ni pour son âge, ni pour sa profession.
Le lendemain matin, il informe sa direction de ce qui lui arrivé, la veille.
Selon Moussa Ag Infahi, directeur général de la police, des dérogations ont été accordées aux professionnels de la santé. Afin de leur permettre de circuler, librement, durant le couvre-feu. Alors, qu’en est-il du cas du Pr Mounkoro ?
Récemment encore, il avait annoncé que toute atteinte à l’intégrité physique du citoyen par les forces de l’ordre sera, sévèrement, punie. Mon œil !
Tant que ces « forces du désordre ne seront pas sanctionnées, les bavures policières se poursuivront».

Mohamed El Heïba

Source: Journal Canard Déchainé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *