Suspension des activités des Comités de veille de la Commune 1 : à peine deux semaines, 8 motos volées et plus de 500.000 FCFA extorqués aux populations par les braqueurs (habitants)

Les jeunes du secteur sous contrôle du 6ème  arrondissement en Commune 1 (Banconi, Sikoroni, Nafadji, Kognoumani, Layebougou, Razel…) et Djalacorodji, ont rencontré le 1er adjoint au maire de la Commune I au sujet de la suspension des activités de leur comité de sécurisation des personnes et de leurs biens.

La rencontre s’est déroulée dans l’enceinte de la mairie en présence de Abdoulaye Diarra, porte-parole du Comité de Veille de Sikoroni, Aly Kouma, président de la jeunesse de Banconi et plusieurs jeunes des quartiers concernés.

A l’issue des échanges avec la délégation, le maire est revenu sur l’arrêt des activités de tous les comités de vielle pour la nécessité des enquêtes en cours sur le drame qui s’est passé à Doumanzana. Selon lui, la mairie ne peut en aucun cas prendre le devant.

Cette décision de suspension est intervenue deux à trois jours après la mort de trois bouchers à Doumazana lorsque que le Commissaire du 6ème arrondissement a demandé l’indulgence des jeunes du Comité de surseoir à leurs activités avant la fin des enquêtes en cours. Mais ce qui préoccupe les jeunes de ce secteur est que depuis l’arrêt de la sécurisation, les braqueurs ont repris leur opération. C’est alors qu’ils se sont posés la question de savoir si cette situation doit continuer, indique le porte-parole du bureau de coordination du comité de veille, Abdoulaye Diarra.

M.Diarra a rappelé le processus qui a abouti à la création du comité de veille. Selon lui, le comité a été créé le 25 février 2018 dans la salle de délibération de la mairie de la commune I, qui a vu la mise en place officielle de la coordination des comités de veille suivie du lancement de ses activités de sécurisations des personnes et de leurs biens dans les quartiers relevant de ladite commune.

« La cérémonie de la mise en place du bureau a vu la présence du maire de la commune I du district de Bamako, le Commissaire du 6ème arrondissement de police de Bamako, du représentant du 12ème arrondissement, le représentant du commandant de la brigade de Djalacorodji, l’honorable élu à Kati, le représentant du Conseil National de la Jeunesse… », a-t-il-expliqué.

Les missions principales du comité étaient de : fournir des renseignements et faire la dénonciation de tous comportements suspects aux forces de l’ordre ; réaliser l’adhésion de la population au projet et d’instaurer la quiétude dans les communes concernées.

Les éléments des comités  sont parvenus à cotiser pour acheter des Gilets, des talkies-walkies, des torches et des badges. Et les éléments font de patrouille sans armes. Tous les habitants ont apprécié cette initiative, indique-t-il.

Le porte-parole a fait savoir qu’après une semaine seulement de la suspension des activités du comité de veille, 8 motos ont été volées et plus de 500.000 FCFA ont été extorqués aux populations par les braqueurs,

Selon le président de la Jeunesse de Banconi, Aly Kouma, depuis que le comité a commencé avec la sécurisation, aucun habitant des quartiers n’a été agressé. Le comité de veille a permis aux jeunes, femmes et vieux de vaquer tranquillement à leurs activités. Les braquages sont réduits. Mais depuis que les activités ont été arrêtées, les bandits, dit-il, ont commencé leurs opérations. « Tout récemment, les braqueurs sont entrés dans une famille pour enlever 5 motos, 500.000 F et des téléphones. A Sikoroni aussi, ils ont pris dans une famille 2 motos. Ensuite, à Layebougou, ils ont arrêté des motocyclistes et leur ont dépossédé 3 motos », a-t-il-dénoncé.

Selon les jeunes, tant que le comité de veille ne reprend pas les activités, les bandits continueront leurs opérations de braquage, de vol et de viol.

Source: Koulouba.com

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *