Mali : Le voleur audacieux de Kolondiéba

Si tout se passe comme prévu, celui que nous désignons par les initiales AD, comparaîtra très prochainement devant le juge de paix à compétence étendue de Kolondièba. Motifs, ce jeune homme d’une vingtaine d’années est suspecté de vol d’argent, de motos et de téléphones portables. Les hommes du commissaire divisionnaire Isaac Théra en charge du commissariat de  Kolondèba viennent de mettre le grappin sur cet audacieux voleur en série qui empêchait les paisibles populations de dormir tranquillement chez elles.

 

Les faits pour lesquels il est suspecté remontent au 6 juin dernier. Ce jour-là, aux environs de 1 heure du matin, S.K, un trentenaire, enseignant de profession s’est présenté dans une cafétéria pour  consommer un plat et une boisson sucrée. Mais il savait tout sauf qu’à cette heure de la nuit, et dans un endroit public, un voleur rodait tout au tour des lieux. Auprès du tenancier, il passe sa commande et prend place autour d’une tablette. Il est très rapidement servi. L’enseignant commença alors à déguster son plat. C’est ce moment que AD a choisi pour agir. Sans se soucier de quoi que ce soit, il s’empara de la moto Djakarta du jeune client de la cafétaria. Puis, très rapidement, il a disparu sans se faire voire par qui que ce soit.

Après avoir dégusté son plat, le client nocturne est sorti pour reprendre son engin. Mais hélas. Il n’y avait l’ombre d’aucun engin à deux roues à l’endroit précis où il avait garé sa moto peu de temps avant de s’engouffrer dans la cafétaria. Sans perdre de temps, la victime n’a même pas attendu le lever du jour.  Elle s’est directement rendue au commissariat de police pour faire une déclaration. Les policiers alertés se sont chargés de rechercher le ou les voleurs de la moto de l’enseignant.

Quelques instants plus tard, la même nuit, les limiers du poste de police de Zimpiala 1, ont interpellé un individu en possession d’une moto dont le moteur ne tournait pas. Cet individu était en train de marcher en entraînant l’engin avec lui au bord de la route. Comme ils avaient déjà quelques bribes d’informations sur un engin volé, les limiers du poste de police ont bloqué le jeune homme avec son butin. Il est interrogé sur place pour connaître la provenance de la moto ainsi que ses documents.

AD sera incapable de donner des informations claires sur cet engin qu’il traînait au bord de la route. De là, tout portait à croire qu’il est un suspect. Il a été conduit au commissariat de police pour une enquête plus approfondie. Interrogé sommairement, il passa sans ambages aux aveux. Fouillé à corps, il a été trouvé en possession de la somme de cent vingt mille Fcfa (120 000 Fcfa), six (6) téléphones portables, deux (2) postes radios et un permis de conduire appartenant à un citoyen.

Interrogé, il a dit avoir séjourné pendant deux jours à Boundiouba, à environ 10 kilomètres de Kolondièba. Il voulait retourner chez lui à Bamako vers le soir. C’est ainsi qu’à son passage à Kolondiéba, il en a profité pour faire main basse sur tous les butins retrouvés sur lui. Il s’agit, en plus de la moto de l’enseignant qui se restaurait dans la cafétéria, de deux (2) téléphones portables, la somme de 120 000 Fcfa en liquide, deux (2) postes radios et un permis de conduire dans le véhicule d’un particulier. Ce suspect sera  identifié plus tard par les policiers sous le nom de AD, apprenti chauffeur de profession, domicilié dans un quartier de Bamako.

Les preuves étaient suffisantes pour lé déférer devant le juge de paix à compétence étendue de Kolondiéba qui l’a placé sous mandat de dépôt sans.

Yaya DIAKITÉ

 

…Koro : L’éternel violent au cachot

 

Presque au même moment et à la même date (6 juin), c’est à Koro que les éléments du commissaire principal Jean Marie Drabo procédaient à l’interpellation de celui qui est présenté comme le plus grand agresseur de cette ville peuplée de plusieurs dizaines de milliers d’âmes.

Dans la nuit du 6 juin dernier, selon une source policière, aux environs de 23 heures, le vigile d’un débit de boisson a été violemment tabassé par un client. Immédiatement, la victime s’est rendue au commissariat, pour déposer une plainte contre son agresseur. Puis la même nuit, l’agent de sécurité du bar s’est directement rendu au centre de santé le plus proche pour y subir des soins. Entre- temps, une équipe de l’unité des recherches sillonnait la ville pour mettre la main sur celui qui a été identifié comme MK, un jeune homme tristement célèbre dans toute la ville de Koro pour sa brutalité et sa violence aussi bien oralement que dans ses faits et gestes. C’est ainsi qu’il a été conduit au commissariat par les limiers pour  une audition.  Sans broncher,  le type violent a reconnu les faits. Cependant, il a justifié son acte par le fait qu’il était sous l’effet de l’alcool au moment des faits.

Cette justification était loin de convaincre les policiers. Eux savaient déjà que ce jeune homme a une réputation de quelqu’un qui pense résoudre tout par la force du muscle. Surtout que c’est un consommateur invétéré de boisson alcoolisée. D’après les policiers, certaines de ses victimes auraient même succombé suite aux blessures qu’il leur a infligées.

Selon les policiers qui ont traité le dossier de ce homme violent, la nuit des faits, il s’était justement rendu au bar pour sa traditionnelle consommation d’alcool. Il avait ingurgité une grande quantité d’alcool avant de s’en prendre quasiment à tous les clients présents sur place. Lorsque le vigile a tenté d’intervenir pour le calmer, il s’est servi de tessons de bouteille pour blesser ce dernier à la tête et au bras. Ce jeune homme a de tout temps agi comme cela. Du moins, s’il faut croire nos sources.

Son dossier n’a pas trainé sur le bureau des policiers. Ils l’ont déféré devant le juge de paix à compétence étendue de Koro pour répondre des faits relatifs  au « coups et blessures volontaires ». En attendant de comparaître devant le juge pour être fixé sur son sort, l’homme violent dort entre les quatre murs de la prison de Koro.

Y. D

Source : L’ESSOR

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *