Litige foncier à Badalabougou Est : Alain Achar accusé de jouer de son influence pour déposséder une dame

Pour informer l’opinion nationale et internationale sur le différend foncier qui l’oppose à M. Alain Achcar, qui serait plus que jamais décidé à annuler son titre foncier en violation flagrante des textes, Mme Touré Lala Badji Haidara, médecin de son état, a animé un point de presse à la Maison de la Presse, hier lundi 04 aout 2014.

Faits divers

Selon la conférencière, le titre foncier n°15710, issu du morcèlement du TF n°1454 du district de Bamako sis à Badalabougou Est, a fait l’objet de cession successive par l’Etat à M. Djimbéré Keita, qui l’a cédé à Mme Touré Lala Badj Haidara depuis le 06 avril 2004, devant le notaire maitre Mamadou Kanda Kéita.

 

Munie de son titre, Mme Touré a reçu l’autorisation de construire n°39202/MCV du 20 septembre 2010 en bonne et due forme. Mais lorsqu’elle a voulu construire sa parcelle, grande fut sa surprise d’apprendre qu’un individu du nom de M. Alain Achcar s’y oppose, au mépris de tous les documents qu’elle détient.

 

N’ayant pu obtenir gain de cause, M. Achcar s’est attaqué à l’autorisation de construire de Mme Touré Lala Badj Haidara devant le tribunal administratif de Bamako à travers un recours en annulation, d’où le jugement n°61 du 10 février 2011 et l’arrêt n°250 du 22 aout 2013 de la Section Administrative de la Cour Suprême.

 

Rejeté sur toute la ligne dans ses prétentions, M Alain Achcar s’est rabattu sur le tribunal de première instance de la Commune V du district de Bamako pour annuler l’acte de cession initiale n°96-424/MFC-DNI du 29 mai 1996 du directeur national des domaines et du cadastre, à en croire les dires de la conférencière.

 

“Il a tout fait pour qu je lui vends ce terrain, et j’ai refusé. C’est ce qui me vaut tous les problèmes du monde entier aujourd’hui. Il est inadmissible d’annuler mon titre foncier parmi tant d’autres au profit d’Achcar en violation flagrante des textes en vigueur dans notre pays. Cela est assez granve dans un État de droit comme le Mali”, a déclaré Mme Touré Lala Badj Haidara.

 

Celle-ci accuse l’Association des Natifs de Bamako de soutenir M. Achcar dans son action. Mme Touré s’est montrée très déterminée et affirme que “notre justice se trouve une fois de plus à la merci d’un individu, celui du nommé Alain Achcar. En lieu et place d’une justice sociale, comme aspirée par le peuple malien, c’est plutot celle au gré d’Achcar. S’il le faut, ce combat continuera jusque devant la Cour d’arbitrage de la Cedeao”.

 

Tougouna A. TRAORÉ

SOURCE: Nouvel Horizon

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.