Insécurité à Kalabancoura ACI : Un retraité tiré à bout portant par les malfrats succombe suite aux blessures

Les démons de l’insécurité sont-ils de retour encore à Kalabancoura ACI ? Telle est la question que se posent les habitants de cette zone de la Commune V du District de Bamako après l’assassinat crapuleux, odieux d’un pharmacien, Dr Kodio, dans sa pharmacie il y a de cela quelques mois seulement. La réponse à cette question est oui. Car, dans la nuit du 3 mars 2021, les bandits armés ont ôté encore la vie à un autre citoyen paisible du secteur de Kalabancoura ACI. Il s’agit d’un gendarme à la retraite, d’après nos informations. Ces malfrats voulaient dérober les motos Djakarta se trouvant chez la victime.

Après le feuilleton de  l’assassinat de Dr.  Kodio  à Kalabancoura  ACI, dans sa pharmacie  par les bandits  armés, l’on pensait  que  les autorités  allaient  tirer  les leçons de cette situation d’insécurité  dans  cette  partie du District de Bamako, proche de la zone aéroportuaire où le bandit peut facilement  commettre  son forfait  et s’enfuir  dans la nature comme  si rien n’était. Il n’en est rien! Les autorités sécuritaires semblent relâcher la vigilance ou les patrouilles intenses dans le secteur. C’est pourquoi, dans la nuit du 3 mars 2021, un autre meurtre a été commis dans le secteur de Kalabancoura ACI, à environ un kilomètre de la pharmacie de feu Dr. Kodio (en allant vers la zone  aéroportuaire). Selon nos informations, la victime serait un gendarme à la retraite, nommé Marré. Que s’est-il passé pour que ce citoyen lambda perde la vie? Selon ses proches, il aurait entendu du bruit dans sa maison entre 3h et 4h du matin. Par curiosité, il se leva pour voir clair dans ce bourdonnement. A sa grande  surprise, les vagabonds s’étaient introduits  chez lui, avaient coupé  sa porte avec la lame pour enlever trois motos Djakara appartenant à ses enfants. C’est au moment où ils(bandits)  voulaient partir avec les engins que le retraité se pointa. Les malfrats  n’ont trouvé autre moyen que d’ouvrir l’arme à feu sur lui et s’enfuir avec les engins. Il n’a pas supporté sa blessure, car le saignement a été énorme. Il rendra l’âme suite aux blessures par balles. Son enterrement a lieu hier, mercredi à son domicile. Il part ainsi, laissant sa famille et ses enfants, voisins et connaissances inconsolables. Cet assassinat  crapuleux  interpelle  encore une fois les autorités du pays sur la protection des citoyens et  de leurs biens. Cela passe par des patrouilles sans cesse, des moyens matériels et humains efficaces.

Hadama B. Fofana 

Source: Le Républicain- Mali

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.