Imbroglio à l’Hippodrome : deux « pères » baptisent un nouveau- né

Le samedi 8 juin dernier, M. Kassim Fofana, professeur dans une école professionnelle de la place et Bourama Diarra, employé de commerce ont chacun baptisé de son côté, le même enfant nouveau-né de sexe masculin, mais en son absence. La mère du bébé, Salimata Traoré ayant fait croire à tous les deux au dernier moment le jour du baptême que l’enfant est sous sérum à la pédiatrie.

 

enfant bebe nouveau ne maman

 

 

C’est en 2005 qu’elle débarque à Bamako pour poursuivre ses études après avoir obtenu son DEF à Ségou. Elle loge chez un oncle à l’Hippodrome en Commune II du District de Bamako. Sali comme on la surnomme a de quoi séduire n’importe quel homme, notamment avec sa forme enviée même par les femmes, sa taille de miss, son teint clair et ses gros yeux clairs. C’est en 2010 surtout qu’elle affole les hommes aussi bien à l’école que dans le quartier, tout le monde l’admire.

Bourama, l’employé de commerce qui lui donnait de l’argent et Kassim, son professeur qui lui donnait des notes de complaisance vont émerger du lot. Tous deux la fréquentaient en famille, mais chacun se croyait seul le maître. Il parait que même son logeur n’était pas désintéressé, mais qu’il avait mordu le tapis et que c’est pourquoi il allait l’expulser de la famille, prétextant qu’elle a dévié en ville. Sali est hébergée par Fatoumata Konaté, une amie du quartier. Amadou Konaté, le frère de cette dernière rentre discrètement dans la danse. La fille va attraper une grossesse. Elle fait croire à l’employé de commerce et au professeur qu’ils sont chacun auteur de la grossesse et leur prenait à tous, de l’argent pour ses ordonnances.

Le dimanche 1er juin dernier, elle accouche d’un garçon. Les deux pères sont allés voir l’enfant en des moments différents heureusement et chacun de son côté a fait le baptême. Bourema lui a donné le nom de son père et le professeur, celui de son oncle qui l’a élevé. Si Sali avait eu un prétexte pour ne pas présenter l’enfant au baptême, elle n’avait aucun pouvoir pour empêcher les deux pères de venir voir leur enfant à sa sortie de la pédiatrie.

Le lundi 9 juin, après le baptême, les deux pères et leurs amis se croisent au chevet du bébé. Puisque l’un ne savait pas la raison de la présence de l’autre, Sali sans avoir froid aux yeux leur annonce qu’aucun d’eux n’est le père de son enfant, que le père de celui-ci est Amadou Konaté, le frère de sa copine.

C’est le branle-bas. Comment est-ce possible ? Si l’employé de commerce n’a pas pu maîtriser ses nerfs, déversant sur elle sa bile, le professeur, plus réfléchi, promet un test médical pour trancher. Au finish, l’enfant n’aura pas de père car, Amadou s’est inscrit en faux et a exigé de Sali qu’elle quitte leur famille avec son bébé. Nul ne sait si elle est rentrée à Ségou ou si elle a eu un nouveau point de chute. Il faut savoir faire un bien meilleur usage de sa beauté pour en tirer le plus gros avantage.

 

Autre presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.