FDPRI : Moussa Samaké l’agresseur du secrétaire général de l’INTEC-ECICA arrêté par le Commissariat du 11ème arrondissement

Le 7 aout dernier, les éléments de la section des Renseignements généraux du commissariat du 11ème arrondissement, sous la houlette du commandant de police Mohamed K Dembélé, ont mis aux arrêts le nommé Moussa Samaké, âgé de 25 ans, domicilié à Baco-Djicoroni. Il est non moins président de la commission de contrôle du comité AEEM de la Faculté de droit privée (FDPRI).

 

Tout a commencé par une plainte déposée par Ba Sidibé surnommé  Mamèt, secrétaire général de l’INTEC-ECICA, domicilié à Baco-Djicoroni, contre Moussa Samaké, pour coup et blessure volontaire sur sa personne le 2 mai 2019 vers 10 heures. Selon sa version des faits, les membres du bureau de coordination de l’AEEM se sont rendus à l’INTEC-ECICA pour dicter leur volonté, pour la gestion de l’INTEC-ECICA, dont il est le secrétaire général. Ayant refusé d’obéir, ils auraient tenté de le faire remplacer sans succès. Comme pour le châtiller de sa témérité, ils l’auront donné des coups de poings et de machettes. ‘’Les étudiants assassins en question, étaient tous enturbannés. Mais qu’à cela ne tienne, j’ai pu identifier Moussa Samaké, dont le turban l’avais trahit en tombant, au moment des faits’’, a-t-il confié au policier. Lors de son témoignage, Mamèt avait confié au policier, qu’au cours de cette bagarre, que le nommé Moussa Samaké avait été blessé au niveau du dos et au niveau de la nuque, par un coupe-coupe.

Déniché  par les braves enquêteurs du 11ème arrondissement, Moussa  Samaké a tenté de nier les faits qui lui sont reprochés, mais malheureusement pour lui, les indices fournis par le plaignant concordaient. Le chargé de l’enquête, le  Commandant de police Mohamed K Dembélé lui a donc envoyé devant les juges, devant lesquels, il va devoir s’expliquer.

Nous en profitons pour féliciter les hommes du commissaire divisionnaire de Police Mamoudou Diabaté  pour cet exploit de plus. Par ailleurs, nous interpellons par la même occasion les responsables de l’AEEM à bannir à jamais la violence en milieu scolaire et universitaire.

 

FMOS : Les vacances ont commencé

A la faculté de médecine et d’odontostomatologie (FMOS), les étudiants sont en vacance. En effet, l’examen pour le compte de la première session et le numerus ont eu lieu du 19 au 30 août 2019. Aux dires des responsables du décanat et ceux  des étudiants, tout s’est bien passé. 

Joint au téléphone au lendemain des examens, le doyen de la faculté de médecine (FMOS), Seydou Doumbia s’est dit fier et bien heureux du bon déroulement de l’examen. Selon lui, la raison de sa satisfaction est surtout due au faite que les étudiants sont de plus en plus, en train de prendre conscience. ‘’Les fuites de sujets et les autres formes de tricheries ne profitent à personne. C’est pourquoi, nous travaillons de jour comme de nuit, pour pouvoir relever les défis et de permettre aux seuls étudiants méritants, d’accéder aux classes supérieurs’’, a-t-il mentionné.

Pour sa part, Lassine Diallo dit Pheno, secrétaire général du comité Aeem de la FMOS-FAPH, n’a pas caché sa joie, pour la bonne organisation des examens de la section médecine et de l’odontostomatologie. Après avoir rendu hommage à Dieu, il a dit que les responsables du décanat méritent respect. ‘’Même si tout n’est pas rose, nous pouvons tirer notre chapeau à l’administration et leur dire merci ! Merci surtout pour la bonne collaboration, car ils ont été très attentifs aux doléances que nous avons émis’’, a-t-il mentionné. Et d’inviter l’administration décanale et les enseignants à bien consolider les acquis par une bonne correction et en évitant au maximum les erreurs lors des proclamations des résultats. ‘’Nous lançons donc un message à l’administration, aux professeurs et à tous les acteurs engagés dans ce processus, de procéder à une correction minutieuse. De ne pas faire preuve de favoritisme. Il faudrait que les meilleurs soient retenus et seulement sur la base de leur travail et rien d’autre’’, a-t-il dit. Avant de rappeler, qu’ils sont dans une faculté dont les sortants seront appelés à sauver des vies. Pour finir, il a vivement félicité l’ensemble des étudiants de la FMOS-FAPH pour leur esprit de sagesse et de sacrifice ultime en faveur de l’humanité. ‘’Bravo surtout aux jeunes de la première année, qui, malgré les difficultés de de la voie sur laquelle ils se sont engagés et les contraintes dues à l’éloignement de leurs familles respectives, ont su faire preuve d’abnégation et de courage. Ils méritent tout notre respect pour cela. Et nous ne pouvons que les souhaiter bonne chance’’, a-t-il laissé entendre. Tout en souhaitant des très bonnes vacances aux uns et aux autres.

Drissa Kantao

SourceLe Confident

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.