Fait divers : Interpellation de plusieurs bandits

L’audition d’un suspect a permis de localiser et d’interpeller d’autres appartenant à une autre bande qui sévissait à Bamako et banlieues. Et la police a juste fait d’une pierre deux coups

 

Le commissaire divisionnaire Seydou Coulibaly « Zarawana » et ses hommes du 17è arrondissement viennent de se faire entendre de nouveau. Après l’interpellation de trois des cinq malfrats qui ont froidement assassiné le pharmacien à Kalaban
coura-ACI, les mêmes limiers ont remis le couvert en démantelant un réseau de bandits quasiment spécialisés dans le braquage à main armée et le cambriolage.

Selon nos sources, tout a commencé le 22 juillet dernier aux environs de 22 heures. Les policiers effectuèrent une déscente inopinée dans une concession à Yirimadio-Kadobougouni, en Commune VI du District de Bamako. Là, ils trouvèrent celui que nous désignerons par BC. Il ignorait qu’il avait été localisé à la suite de l’interrogatoire du surnommé « Kayésien », un des bandits présumés assassins du pharmacien de Kalabancoura. Interpellé et conduit au commissariat de police, BC a été entendu. Coincé durant son audition, il a jugé nécessaire de coopérer avec les limiers. Lui aussi a cité trois autres bandits de grand chemin : YD, SK et BT. Ils seront immédiatement interpellés pour des besoins d’enquêtes.

Dans la foulée, le même BC a reconnu appartenir à un gang qui opérait dans plusieurs quartiers du District de Bamako. Entre-temps, les policiers effectuèrent une perquisition chez le suspect. Ce qui leur a permis de mettre la main sur deux pistolets automatique (PA), l’un était enfouie sous terre dans une mosquée à Kadobougouni, et six cartouches de balles.

Les policiers ont approfondi les enquêtes et serré les auditions. Aussi, les officiers de police judiciaire sont-ils parvenus à faire le lien entre deux redoutables gangs qui sévissent dans la capitale environs. Il s’agit de la bande qui a monté et exécuté l’opération qui a coûté la vie au pharmacien et l’autre bande à laquelle appartiendrait le nommé BC qui venait d’être interpellé à Yirimadio, sur dénonciation de « Kayésien ».

Bref, ce sont deux réseaux de malfaiteurs différents, mais qui tissent des liens étroits dans la pratique qui sont mis hors d’état de nuire.  L‘interpellation des trois individus a permis aux limiers de comprendre que la bande était impliquée dans de nombreuses attaques à main armée et/ou cambriolages dans le District de Bamako et sa périphérie : Mountougoula, Baguinéda, Niamana et etc.

Au cours des enquêtes, les policiers apprendront qu’un des suspects, le nommé YD s’était évadé alors qu’il purgeait une peine à la maison centrale d’arrêt de Bamako. Reconnu par l’administration pénitentiaire comme fugitif, YD est retourné de nouveau entre les quatre coins du cachot. Il court le risque d’être jugé et condamné de nouveau pour évasion.
Les dossiers des autres ont été diligentés pour les envoyer chez les juges.

Yaya DIAKITÉ

Source : L’ESSOR

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *