Escroquerie le long des axes routiers dans le district : un barbu déguisé en marabout soulage une jeune diplômée sans emploi de sa Djakarta

Mademoiselle Ouleymatou dite Ouley Sacko, diplômée sans emploi, entendait apostropher ce motocycliste qui venait de la heurter  sur sa Djakarta au tournant d’EDM-Sa à Djelibougou en Commune I du district. Mais, elle est dissuadée par son apparence car, il était richement vêtu en Bazin, tenant un chapelet en argent et avait la barbe assez fournie. « Je suis marabout et notre rencontre n’est pas fortuite. Au contraire, elle est porteuse  de bonheur pour vous » lui lance t-il, en l’appelant par son prénom. Pendant ce temps, deux autres hommes, venus sur une Djakarta  freinent auprès d’eux et se mirent à genoux  pour rendre hommage au barbu pour ses miracles à eux rendus. Hypnotisée, Ouley fut prise ainsi qu’elle le dira à la police, comme dans un sommeil momentané. A son réveil plus de moto, ni marabout.

motocycliste djakartaDans le jargon de la police, on appelle ce type d’escrocs  « philomane ». Ce sont des personnages apparemment au-delà du soupçon en  raison  de leur  apparence, ce qui leur permet  justement  de surprendre la raison  de leurs cibles et de parvenir à leur faim. Dans  l’après-midi  du lundi  21 septembre dernier, mademoiselle Ouleymatou dite Ouley Sacko, diplômée sans emploi a croisé  le chemin  d’un « philomane ». Faute d’emploi assez rémunérateur, elle s’essaye dans un sous-emploi, genre  courtage avec les couturiers, en démarchant des clients  et en leur  livrant à domicile, les habits cousus. De toute évidence, ça lui profite et elle a même pu s’acheter une Djakarta pour abréger les distances.

Elle partait livrer une commande quand elle est heurtée au tournant de la société EDM- SA à Djelibougou par un autre motocycliste. Elle voulait répliquer violemment. Mais en regardant le mec, elle n’a pas osé car, il était richement vêtu en Bazin, tenait un long chapelet en argent et avait une barbe  assez fournie. Sur un ton pondéré, il se mit en aparté avec Ouley  et lui apprit qu’il était un marabout. Leur rencontre poursuit-il, est un bon signe pour elle. Et pour enfoncer le clou, le barbu  l’appela par son prénom. Pur hasard ? Ouley sera définitivement  « achevée » quand deux hommes  venus sur une Djakarta  freinèrent  et se mirent  à genoux devant le marabout présumé pour le remercier  pour ce qu’il avait fait pour  eux.

Selon Ouley, c’est comme si le marabout l’avait endormie momentanément. A son réveil, sa moto Djakarta, la commande ainsi que le marabout supposé avaient disparu. C’est en larmes qu’elle s’est présentée à l’inspecteur de police  Papa Mamby Keïta  dit l’Epervier du Mandé, chef de la section cyber criminalité et son adjoint, le major Gagny Kanté à la Brigade d’investigations  judiciaires (BIJ). L’enquête est en cours. Aux dires  des enquêteurs, c’est un réseau d’escrocs et l’arrivée soudaine des deux  hommes pour se mettre à genoux  participe du modus operandis. Vous êtes prévenus.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *