Douane : PLUS 300 KG DE CANNABIS SAISIS PAR LA BMI DE BAMAKO

La Brigade mobile d’intervention de Bamako (BMI) vient d’opérer une saisie spectaculaire dans la nuit de mardi à mercredi en mettant la main sur 172 briques de cannabis d’un poids total de plus de 300 kilogrammes. Cette opération intervient quelques jours seulement après une saisie du genre, cette fois d’une vingtaine de kilogrammes de haschisch.

brigade mobile intervation bmi cannabis drogue

 

Les briques de cannabis saisies et présentée à la presse hier étaient soigneusement dissimulées sous le châssis d’une plate forme à conteneur (camion remorque) immatriculée au Sénégal. Un fourgon de transport public doit prendre le relais du transport de la cargaison une fois à destination.

Comment l’opération s’est-elle déroulée ? Selon les explications du commandant Mohamed Coulibaly, le chef de cette structure de répression de la Direction générale des Douanes, son service avait été informé à l’avance d’une opération de transbordement de stupéfiants dans les environs de Kati. « Aussitôt, j’ai mis une équipe de douaniers en place avec mission de retrouver ledit camion. Quelques jours plus tard, nous avons réussi : le camion recherché a été localisé dans la Zone industrielle.

Dans la nuit de mardi à mercredi, la remorque a été chargée de cannabis avant de prendre la direction de Dakar. Les agents de la BMI ont alors discrètement suivi le véhicule jusqu’à la sortie de Kati.

Quelques kilomètres plus loin, une autre voiture entre en scène. Le minibus, immatriculé dans notre pays, a mission de récupérer les briques de briques de chanvre indien. C’est lors de cette opération de transvasement que Mohamed Coulibaly ordonna à ses hommes de passer à l’action. A la faveur de la nuit, les chauffeurs et leurs complices ont pu s’évanouir dans les broussailles, abandonnant les véhicules « mules » et leur cargaison.

Les deux véhicules et leur contenu sont alors conduits dans la cour de la Brigade mobile d’intervention de Bamako. Cette histoire incite le commandant Mohamed Coulibaly à penser que notre pays est en passe de devenir une plaque tournante pour des produits stupéfiants vers diverses destinations. « La Douane malienne pour sa part fait tout ce qui est en son pouvoir pour faire échec à cette menace », a promis l’inspecteur des Douanes qui appelle les populations à dénoncer auprès des services de répression tout comportement suspect.

La lutte contre le trafic des stupéfiants est un combat de longue haleine, prévient-il. Il est, par conséquent, indispensable que les services des douanes bénéficient de l’accompagnement de la population pour être plus efficace sur le terrain.

A. M. CISSE

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *