Dans une chambre de passe à Hamdallaye : Un haut cadre pédophile tabassé par des jeunes à l’ACI-2000

Le vieux F.D allait choisir un autre endroit s’il savait qu’un tel affront l’attendait cette nuit du vendredi dans ce petit hôtel à Hamdallaye ACI. Mais le destin en a voulu autrement et ce n’est pas demain la veille de l’oubli de l’histoire par le Casanova des tropiques.

incroyable kabako faits divers logo

A 22 h, tout semble calme dans le quartier de Hamdallaye. D’abord cette zone est excentrée d’où son caractère de bon coin pour se cacher et s’adonner à des lubies. Ce coin a une histoire, selon des informations glanées ça ou là. C’est ici que beaucoup de cadres du pays et même des étrangers viennent se la couler douce. Selon un fervent client du coin, tu pouvais venir tuer et repartir sans qu’on ne le sache, il y a quelques semaines.

Cette nuit du vendredi a été fatidique pour ce haut cadre de l’administration malienne, dont nous préférons taire le nom. En effet, ne sachant pas qu’une famille avait déménagé juste à côté de l’hôtel et que cette famille veillait à l’occasion d’un baptême, le vieux, la soixantaine dépassée, était venu chercher une chambre de passe. Sauf que sa compagne cette nuit était une petite fille dont l’âge sautait à vue d’œil, surtout avec les phares d’un autre véhicule qui venait sur les lieux.

Il fallait avoir une pierre à la place du cœur pour ne pas sauver la petite fille des griffes du vieux père. Elle était petite, très petite, 15 ans à peine. Le groupe de jeunes prend leur courage à deux mains et affrontent le vieux. Ce fut alors une chaude discussion entre eux.

Les jeunes voulaient sauver la fille, mais le vieux tenait à satisfaire sa libido. Par finir, le vieux a qualifié des jeunes de mal éduqués et dès lors ce fut le désordre total. Ils se sont mis à tabasser notre cadre comme une vulgaire personne. Sachant qu’en appelant la police, il allait se livrer à une honte, il a préféré sauter dans sa voiture et démarra en trombe. La fille en question a été très bien sermonnée par les jeunes avant d’être sommée de rejoindre ses parents.

Cette histoire interpelle plus d’une fois les plus hautes autorités à pousser les propriétaires de bars à prendre des mesures draconiennes contre la présence de très jeunes filles dans les chambres de passe. C’est vrai qu’avec l’argent tout est possible, mais des consignes strictes doivent être données aux propriétaires, cela aidera sans nul doute à lutter contre la dépravation de nos mœurs.

Dougoufana Kéita

Source: La Sirene

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *