Crime odieux à Yanfolila: Abdoulaye Gakou lynché par des inconnus cagoulés

La recrudescence des violences juvéniles prend une tournure inquiétante dans la ville de Yanfolila.  Un jeune lycéen en classe de terminale du nom de Abdoulaye Gackou a été lâchement brulé vif par des inconnus dans des circonstances encore floues, dans la nuit de dimanche au lundi dans la ville de Yanfolila.

 

L’insécurité prend de plus en plus de l’ampleur dans la ville de Yanfolila, capitale de Wassolo. Le cercle de Yanfolila regorge beaucoup de sites d’orpaillage d’où la présence de plusieurs nationalités dans la zone. Ces étrangers pour la plus part entrainent la jeunesse locale dans consommation abusive de drogues de toutes sortes.  Aucune semaine ne se passe sans que des actes de criminalité ne se produisent dans le cercle en général et dans la ville de Yanfolila en particulier.

Malheureusement, la jeunesse est la première victime de ces crimes. Le cas le plus récent remonte dans la nuit de dimanche au lundi 6 janvier 2020. Selon les sources proches de sa famille deux de ses amis sont venus le chercher vers 20 heures pour les exercices. Sans douter de quelque chose, Abdoulaye Gakou,  le jeune lycéen, âgé seulement de 19 ans, a suivi ses camarades.

Hélas, un piège l’attendait sur place. Loin de la famille, le jeune a été déshabillé par des inconnus cagoulés. Ces geôliers l’ont aspergé d’essence avant de le bruler vif. Avec la douleur de brulure, le jeune est parvenu à s’approcher d’une boulangerie pour bénéficier des soins. Les boulangers présents sur place ont immédiatement informés la brigade de gendarmerie. C’est dans ce cadre que le jeune a été évacué au CRESF de Yanfolila. Malgré des soins, Gackou a succombé à ses blessures.

Concernant les auteurs de ce crime, le flou perdure toujours. L’option d’un règlement de compte se dégage déjà. Selon nos sources, avant sa mort, le jeune aurait raconté que ses bourreaux portaient des cagoules et qu’il ne les a pas identifiés.

Du côté de la mère du défunt, le jeune était invité  par ses amis à une soirée. Mais elle aurait entendu une voie dire «qu’à défaut du Papa, l’enfant ferai l’affaire ». Le père de l’enfant étant agent de santé à Badogo a-t-il des problèmes avec bandits ?

Lire la suite sr L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *