Braquage, vol à main armée : les délinquants font la loi dans le District

Comme pour défier la police, une demi dizaine de bandits armés ont coupé vendredi 29 mai dernier, vers 19H, la voie 2X2 qui sépare la bibliothèque nationale et la direction générale de l’aviation civile à Hamdallaye ACI 2000, a moins de deux cents mètres de la Direction générale de la police nationale et a moins d’un kilomètre du commissariat de police du 14e arrondissement. Trois jours plus tard,  c’est un chef de famille qui est surpris à son domicile à Garantiguibougou, ligoté et sa moto emportée.

fusil pistolet braquage

Il n’était que 19H, ce vendredi 29  mai dernier quand des hommes armés et non cagoulés ont choisi de « réglementer » la circulation à leur façon. Qu’importe si la Direction Générale de la Police Nationale est à seulement deux cents mètres au plus, le 14e arrondissement un peu plus et que des agents de la Routière se trouvaient encore au rond point de l’éléphant. Armes au poing et tirant des coups de feu en l’air, ils ont tenu tous les usagers de la route en respect. Ce faisant, ils ont arrêté sous la menace armée, un conducteur de Djakarta qui  a eu la malchance de passer par  ici. Il  est soulagé de son engin. Un autre le sera peu après. Après ce braquage, les six bandits arrivés sur trois Djakarta ont pris la fuite avec leur butin. C’est le mode opératoire un peu partout dans le District. Les braqueurs se transportent à deux ou à trois sur une moto Djakarta et quand ils braquent un motocycliste, l’un d’eux enfourche son engin. Les braqueurs de ce vendredi ont eu tout le temps d’opérer et de repartir incognito. Des agents du 14e arrondissement déployés tardivement sur les lieux n’ont pu que recueillir des témoignages, pas plus.

Mamadou attaché des membres chez lui à Garantiguibougou et sa Djakarta emportée

Mamadou Traoré, garagiste de son état, vit avec les siens dans une maison sans clôture à Garantiguibougou en commune V du District de Bamako. Le dimanche 31 mai dernier, vers 5H du matin, il est réveillé par des bruits qui lui parvenaient de son salon. Il va vérifier ce qu’il en est et se retrouve nez a nez avec deux voleurs qui lui braquent un pistolet dans la poitrine. Ils menacent de l’abattre et de tuer tous les membres de sa famille s’il bronche. Ils avaient défoncé la porte pour pénétrer. Mamadou n’a placé mot. Ses visiteurs ont ramassé des fils en plastique de fauteuil pour l’attacher solidement des pieds et des mains. Ceci fait, ils ont sorti sa moto Djakarta pour disparaitre dans le noir. Son épouse réveillée vers 6H a été stupéfaite de le trouver attacher et l’a détaché. Vers 8H, il a déposé plainte contre X au commissariat de police du 11e arrondissement. A notre connaissance, aucune des deux enquêtes, notamment celle ouverte au 14e arrondissement suite au braquage et celle ouverte par le 11e arrondissement n’a abouti. La sécurité des personnes et de leurs biens figure en bonne place dans la déclaration de politique générale du Premier ministre. On verra ce qui va changer désormais.

Dénis T Théra     

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.