Braquage raté au Grand marché de Bamako: Les 3 voleurs lynchés à mort seraient des Nigérians !

Le mercredi 9 Novembre dernier, 3 malfrats ont tenté de braquer une société indienne de vente de moto dénommée ‘’TC SONS Trading’’ d’une somme de 299 millions de FCFA après un retrait à la BIM. Les trois individus n’ont pas arrivé à leurs fins car lynchés par la foule. A savoir que ladite somme était repartie entre deux sacs l’un contenant 276 millions et l’autre 23 millions. Selon les dernières informations dans cette histoire, le sac avec la somme de 23 millions reste jusqu’à présent introuvable, et que tout porte à croire que ces malfrats sont des Nigérians.

 

Ces faits se sont déroulés dans la rue Carron en face de l’immeuble Kouma, le mercredi dernier en milieu de la matinée. Au moment même où le grand marché de Bamako était en train de renouer avec son ambiance habituelle. Comme un coup de pied dans la fourmilière, les riverains constatèrent une ruée humaine vers la rue de la mosquée dite de Yacouba Guindo. Une foule nombreuse faisant la ronde autour de trois individus jonchant dans le sang. Les premières images sur les réseaux sociaux, décrivaient une scène de lynchage à l’encontre des présumés braqueurs. Cela a surpris plus d’un, car pour tout connaisseur du grand marché de Bamako, rarement une manœuvre de braquage pouvait être couronnée de succès, en raison de la vigilance et d’une tradition de solidarité entre les opérateurs de ce marché.

Comment tout cela s’est passé ?

Ces braqueurs du jour ont pris  pour cible une société indienne qui venait de faire une opération de retrait au siège de la BIM pour le payement de ses frais de transit. Ces malfrats braqueurs étaient sur une moto TVS lorsque le véhicule de ladite société s’est stationné pour faire décharger les sacs remplis d’argent. Mine de rien, l’agent manœuvre de ladite société qui est sorti pour venir prendre les sacs du véhicule a été surpris de se voir pointer sur lui, par un individu, une arme à feu notamment un PA de fabrication russe, l’intimidant de lui donner les sacs. Devant le refus de ce dernier, le braqueur a fait un tir de sommation avant de s’emparer d’un sac. Le manœuvre en question ne s’est pas laissé faire, à corps perdu il s’est servi d’une barre de fer pour assener des coups à son bourreau. En se défendant à son tour, le braquer ne voulait point lâcher prise, c’est pourquoi il a riposté en tirant encore deux coups de feu. C’est ainsi que dans la foulée, une balle a atteint l’avant-bras d’un citoyen qui venait en aide à la victime qu’est le manœuvre, à la dernière nouvelle, la vie de ce citoyen  n’est plus en danger.

Comme une scène de film d’action, le braqueur réussi son coup, au point même de pouvoir s’échapper avec le sac contenant les 23 millions sous le bras et l’autre bras tenant l’arme à feu pour se diriger vers ses complices qui l’attendaient sur la moto. Lâchés par la Baraka, ils n’ont pas pu aller loin dans la mesure où ils ont été empêchés et sérieusement tabassés par une foule déchainée.

Evacués au CHU Gabriel Touré, leur décès a été confirmé et l’arme et la moto sur laquelle ils évoluaient ont été saisies. Néanmoins, toujours d’après notre source, le sac contenant la somme de 23 millions demeure introuvable et il ressort de nos investigations que les braqueurs seraient des Nigérians, sinon d’un pays anglophone limitrophe du Nigéria, car ils ont été remarqués en conversation en langue anglaise. De même que leur mode opératoire.

Egalement, on a reçu l’information que bien avant cette opération de braquages, le même jour, 3 autres individus sur une moto Apach étaient venus chercher des informations sur la société cible au même endroit. Il s’agit d’un réseau, nous apprend notre source, les investigations sont en cours au Commissariat du Centre Commercial (1er Arrondissement) pour situer les responsabilités et mettre la main sur des potentiels complices. Cela ne saurait tarder à coup sûr, connaissant le dynamisme des limiers de ce commissariat en matière d’enquêtes policières.

Affaire à suivre.

Par Mariam Sissoko    

SourceLe Sursaut

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.