ATTBOUGOU-YIRIMADIO Echauffourées entre cascadeurs et policiers

cascadeurs moto malvie insecurite routiere soryC’était devenu une habitude de la part des cascadeurs de motos de faire un festival dans le quartier populaire des 743 logements Attbougou de Yirimadio. Ainsi chaque fin de week-end, dimanche plus précisément entre 17h et 19h, les riverains de la bretelle bitumée étaient exposés aux conséquences du mouvement de la nouvelle génération de motocyclistes. Mais la police est intervenue pour les disperser, au moment où les activités prenaient de l’ampleur.

Le dimanche dernier, la police a pris des dispositions sécuritaires pour  interdire le spectacle. En effet, pour empêcher les cascadeurs de perturber  la quiétude des populations, les forces de sécurité et chefs de famille se sont mobilisés.  C’est ainsi que, peu avant l’heure de démarrage, tous les points stratégiques de la bretelle empruntée par les motocyclistes ont été cernés par les éléments de la police équipés de grenades lacrymogènes. Les chefs de famille ne sont pas en marge de cette opération de sécurisation, malgré leur armement rudimentaire. Avec des fouets, des branches d’arbre et des bâtons, ils se positionnent  sur le trajet, prêts à pour agir contre les cascadeurs qui oseraient braver la mesure d’interdiction.

Mais après plusieurs heures d’attente sans apercevoir un seul cascadeur en mouvement, une partie de la population s’en est prise aux forces de sécurités censées les protéger. Des jets de pierre nourris pour les contraindre à céder afin que le safari puisse commencer. Mais c’est sans compter avec la détermination de la police qui résiste à coups de grenades lacrymogènes. Après, c’est une course-poursuite qui commence dans les rues d’Attbougou. Puis des échauffourées. Les chefs de famille, munis de fouet, tentent de dissuader les récalcitrants.

Venues pour  sécuriser, les forces de sécurité ont subi la colère de la foule qui réclamait le spectacle. Compte tenu de leur effectif, les policiers avaient du mal à calmer les fauteurs de trouble.

Rappelons qu’à cause de leurs activités, ces mêmes cascadeurs avaient été chassés tour à tour du terrain municipal de l’Hippodrome, des rues de Sotuba ACI et de l’ACI 2000 d’Hamdallaye. Aujourd’hui, après  Attbougou 743 logements, vers quel site se dirigeront-ils ?

Source : Bamada.net

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *