Après le cambriolage de la chambre de Madame Sui Li, promotrice de l’hôtel Penda : le 3è arrondissement interpelle le gardien des lieux et quatre de ses complices

Elle s’était rendue ce jour, au restaurant Beijing pour une cérémonie de mariage. A son retour, elle a constaté que les trois barres en fer de la fenêtre, surélevées d’une transversale avaient été cisaillées. Le grillage ainsi que la vitre avaient été aussi défoncés. La chambre cambriolée fait face à une clôture qui ne portait pas d’impacts d’empreinte par suite de d’escalade. De toute vraisemblance, avait conclu l’Inspecteur principal de police Soungalo Oumar Diarra, chef de la Brigade de recherches au commissariat de police du 3e arrondissement, mis sur le dossier par le Commissaire divisionnaire de police Mamoutou Dembélé, patron dudit commissariat, les cambrioleurs sont rentrés par la porte principale.

 

faits divers incroyable vrais possible realite

 

 

Or, le gardien des lieux, Bakary Traoré dit Bité, âgé de 22 ans, né à Bamako de Seydou et de Bintou Diarra, domicilié à Niamakoro Sokoro, employé par la société de surveillance et de gardiennage « Boul Sécurité », était présent. Les visiteurs avaient emporté 1.500.000 F CFA et la carte bancaire de la Chinoise. Après le constat des faits, les enquêteurs avaient interpellé le gardien sur qui de sérieux soupçons pesaient. A la suite de l’interrogatoire effectué par les Inspecteurs de police, Issa Niangaly et Alou Badara Keita, le suspect numéro a fini par confesser. Bakary Traoré dit Bité avoue avoir prémédité, faute d’argent, de cambrioler la chambre de sa patronne.

La nuit de jeudi, la veille, étant au Grin (lieu de regroupement par affinité), il a fait la confidence  à Tidiane Alhousseyni Maïga, connu sous le  sobriquet de Tidio ou Djoti, disciple de Bassidiki Touré  dit Komo, le plus grand cambrioleur de tous les temps du  District et voleur  de coffre fort. Djoti a fait appel à deux de ses lieutenants, Madou Koné et  Lassine Doucouré dit  Jumeau. Dès le lendemain vendredi, pendant que leur cible était sortie, ils ont débarqué pour faire leur coup. Le partage du butin devait se faire dans la nuit, après la descente de Bité, mais malheureusement la police va l’interpeller entre temps. L’enquête se poursuivant, dans la nuit du dimanche 4 mai dernier, Djoti est interpellé en compagnie de deux de ses autres lieutenants, Yoro Diakité et Lassine Zerbo.

Tidiane Alhousseyni dit Djoti, un casier judiciaire chargé

Djoti, né à Bamako il y a 29 ans est l’un des disciples du premier cercle de Bassidiki Touré dit Komo, l’enfant terrible de Bagadadji, de sinistre réputation. Ce dernier s’était spécialisé dans les casses de boutiques, de supers marchés et de coffres forts, à la tête d’une bande équipée d’armes de guerre. En 2002 puis en 2005, Djoti et son mentor, après plusieurs coups perpétrés sont interpellés, jugés et condamnés à dix ans de réclusion pour association de malfaiteurs, vol de coffres forts. Komo, après un bref séjour dans la grande prison de Bamako, est renvoyé à Bla pour purger le reste de sa peine. Mais il réapparait avant le terme de sa peine et revient à Bamako pour s’adonner à son sport favori.

Traqué, il se retranche à Macina en 4è région où il sera déniché par la police du 12è arrondissement dans les années 2010 avec tout un arsenal de guerre. De son côté, Djoti se donne aussi les moyens de sa liberté avant terme. Il sort de la grande prison de Bamako pour constituer une bande indépendante de Komo et se spécialise dans le cambriolage des domiciles et des lieux de loisir dans le District de Bamako. En plus de l’hôtel Penda, sa bande a, à son actif, l’attaque de la famille de M. Haissam Salmani sise à l’Hippodrome en Commune II. Ce fut une nuit de 11 novembre 2013, vers 5H du matin.

Des individus armés escaladent le mur de clôture pour surprendre le gardien, le ligoter et apposer un adhésif sur sa bouche pour l’empêcher de crier. Ils ont ensuite cisaillé les barres en fer de la fenêtre pour accéder à la chambre à coucher et faire main basse selon leurs victimes, sur 23 millions de nos francs, en espèces sonnantes et trébuchantes plus des bijoux d’une valeur estimée à 15 millions de FCFA. Dix jours plus tard, c’est-à-dire le 21 novembre, Djoti et quatre de ses sbires débarquent à l’hôtel « le Siècle » sis à Quinzambougou, armes au poing pour cambrioler 2.900.000FCFA.

Dans la même nuit, ils rendront visite à Fan Quili, promoteur du restaurant Beijing dont les bureaux seront attaqués avec la complicité de son gardien, Yoro Diakité en service à « Boul Sécurité ». Ici, ils ont emporté 1 million de F CFA. Tous les membres de la bande ont été interpellés par les hommes du Divisionnaire de police Dembélé et déférés. Mais pour combien de temps ?

 

Autre presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.