Après avoir violé une femme mariée à Niono : les auteurs tentent de la tuer en la bastonnant à sang et la jeter dans un puits

incroyable vrai logo faits divers

Les faits remontent au 23 août de l’année dernière. Mais ils seront à nouveau d’actualité à l’occasion du procès programmé pour octobre prochain de Haïballa Traoré, accusé à tort de viol et mis en prison alors que les deux adolescents, des enfants de riches éleveurs, qui ont violé sa belle sœur dans le lit de son mari et tenté ensuite de la tuer en la jetant dans un puits, sont libres de leur mouvement. Soumaïla Traoré, un membre de la famille a témoigné par téléphone depuis Niono, la capitale du riz.

Le vendredi 23 août 2013, au-delà de 23 heures, Madame Traoré Aminata Traoré a été surprise dans son sommeil au domicile de son mari en voyage depuis quatre mois et violée par Alassane Abdou Traoré et Aboubacrine Madi Traoré, deux enfants de riches éleveurs. Pour la taire à jamais, se sachant dévisagés, ils l’ont bastonnée à sang puis jeté son corps dans le puits d’une famille voisine. De retour d’une soirée organisée par son association, Haïballa Traoré, son beau-frère constate que sa porte est ouverte.

Croyant qu’elle s’est endormie, oubliant de fermer à clé, il voulut la réveiller pour lui dire de fermer. Curieusement, Aminata n’était pas sur place et il y avait du sang frais dans la chambre. Il alerta alors sa mère et son épouse. C’est Haïballa qui a entendu des gémissements en provenance du fond du puits. Il a appelé au secours pour faire remonter sa belle-sœur à la surface et l’évacuer au centre de santé dans un état comateux. Après les premiers soins, elle est à nouveau évacuée à l’hôpital Nianankoro Fomba de Ségou, accompagnée de Haïballa. Ayant appris que leur victime n’est pas décédée, les deux violeurs vont pactiser avec une jeune fille pour accuser de viol, Haïballa à la Brigade territoriale de gendarmerie.

Rentré de Ségou, celui-ci est interpellé et violenté afin qu’il avoue. Malgré ses dénégations, il est placé sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt locale et sera jugé en octobre prochain. A son retour de Ségou, Madame Traoré a déposé plainte pour viol et tentative d’assassinat contre Alassane Abdou Traoré et Aboubacrine Madi Traoré à la police.

Ils seront interpellés, entendus et mis à la disposition du juge. Mais ils sont mis en liberté pendant que Haïballa croupit toujours en prison. Par ailleurs, l’échographie à l’hôpital de Ségou avait  démontré que Madame Traoré était enceinte de deux mois au moment des faits. Pour elle, la justice appartient aux riches et elle a ses raisons.

 

 

Source: Maliactu

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.