Evènements malheureux de 2012 : L’étrange destin de Dramane Doumbia

Rescapé des affrontements entre militaires pro-ATT et pro-putschistes intervenus le 30 avril 2012 à Bamako ? L’étrange destin d’un jeune malien l’a conduit à l’exil forcé, via la Mauritanie, par peur des représailles des bérets verts. Il s’agit de Dramane Doumbia.

En effet, la capitale malienne a connu un après-midi de folie le 30 avril 2012 où des affrontements entre  Bérets rouges de la garde présidentielle  et Bérets Verts, les Putschistes, ont fait des morts et  plusieurs blessés dont des civils.  Les Bérets rouges se sont retranchés dans un quartier du centre de la capitale malienne tandis que les Bérets verts – recevaient des renforts venus de l’intérieur du Mali.

La tentative de récupération du pouvoir par les pro-ATT ayant échoué, les Bérets Verts patrouillaient dans la capitale à la recherche d’éventuels mercenaires. Ainsi les forces du capitaine Sanogo, portant béret vert, ont pris le lendemain Djicoroni, camp des para commandos qui avaient quitté les lieux peu auparavant en tirant en l’air, se dispersant dans Bamako avec leur chef, le colonel Abidine Guindo, ex-aide de camp d’ATT.

C’est dans cette manœuvre et ce désordre que prise de panique, la Mère de Dramane Doumbia fait une chute. Mecontent, le jeune homme s’attaque aux bérets verts comme pour se défendre-il sera enrôlé par la suite. Mais réussira à s’échapper de Kati pour prendre la poudre d’escampette. Malheureusement, sa mère qui fit une chute succomba de ses blessures le 05/07/2012.

Hanté par les atrocités des bérets verts, le sieur Dramane Doumbia est toujours en fuite, par peur de représailles-puisque sous l’effet de la colère, il s’était attaqué à des militaires putschistes.  C’est pourquoi, le jeune homme erre toujours dans la nature de peur d’être tué par l’un des éléments auxquels il s’était violemment attaqué en avril 2012, même si l’ex-Chef putschiste médite actuellement sur son sort en prison. Coup d’Etat quand tu nous tiens !

Seydou KOUYATE

source :  Le Progrès

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.