Evaluation de la situation sécuritaire et retour à la stabilité : Le CMDID invite la classe politique à faire son diagnostic

Pour évaluer la situation sécuritaire préoccupante que vivent plusieurs zones du pays et réfléchir au retour progressif de la stabilité, la fondation du Centre malien pour le dialogue et la démocratie (CMDID) a réuni la classe politique au cours d’une journée d’échanges, la semaine dernière à l’Hôtel Salam.

Fondation CMDID Mali

A l’ouverture de cette rencontre présidée par le président du Conseil d’administration de la fondation CMDID, Boubacar Sandinan Camara, en présence du  Directeur exécutif, Moumouni Soumano et du représentant de la MINUSMA, Sidiki Diarra, les participants se sont dits préoccupés par le contexte sécuritaire global du pays dans la perspective des prochaines élections.

Pour Boubacar Sandinan Camara, l’accord de paix issu du processus d’Alger, après de longues et difficiles négociations, représente une étape importante dans la difficile construction de la paix. « Les difficultés qui ont émaillé sa conclusion ne sont que le reflet de la complexité de la situation socio politique de notre pays et celle-ci constitue un défi important pour nous tous et, spécifiquement pour nous les acteurs politiques », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que la réussite des mesures et réformes qui découleront de l’application de l’accord dépendront en partie de l’engagement des acteurs politiques qui voient ainsi leur responsabilités agrandies quant à la gestion des affaires des populations au niveau national, régional et local.

« L’accord reste un texte juridique et il ne pourra être efficient que lorsqu’on lui donnera le souffle juste et nécessaire dont il a besoin pour nous aider à bâtir notre pays. Pour cela, il est essentiel qu’on comprenne l’état des lieux de la mise en œuvre de l’accord, la dynamique actuelle du système de la sécurité au Mali, les enjeux majeurs… », a-t-il souligné.

Le président du CA de la fondation CMDID d’indiquer qu’à travers un débat politique sain, les participants à cette journée d’échanges doivent procéder à l’analyse des avancées et les défis sur le plan technique et financier de la mise en œuvre de l’accord et formuler les recommandations pertinentes pour une application judicieuse de cet Accord.

C’est dans ce sens que le représentant de la MINUSMA, Sidiki Diarra a eu à présenter une communication sur le contexte sécuritaire global du pays. Un exposé qui devrait permettre aux acteurs politiques d’échanger sur l’évolution en dent de scie de la situation sécuritaire, de s’enrichir sur les perspectives et données pour la construction de la paix et le retour de la stabilité et de faire des recommandations pour une sortie rapide de la crise.

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.