Lutte contre le changement climatique : LE PROJET WAATI YELEMA LABENW LANCE SES ACTIVITÉS

Les impacts du changement climatique sont ressentis sur la sécurité alimentaire, l’accès à l’eau des populations et la dégradation des écosystèmes, entraînant aussi des conflits liés à la gestion des ressources naturelles. Si rien n’est fait à court et moyen termes, les incidences de ce changement climatique remettront en question nos systèmes de production qui sont déjà fragilisés.

Le projet «Waati Yelema Labenw» dont les activités ont été lancées mardi, a pour objectif d’améliorer le bien-être des populations vulnérables, en particulier les femmes et les enfants à travers des actions de cohésion sociale, d’adaptation des moyens de subsistance au climat, d’augmentation des actifs et de gouvernance des producteurs de la zone d’intervention. La cérémonie de lancement a enregistré la participation des acteurs et intervenants du projet, notamment les élus communaux des régions bénéficiaires.
Pour le représentant du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, ce projet salutaire visant à renforcer la résilience des milliers de personnes, notamment les femmes et les enfants s’inscrit parfaitement dans la politique nationale de lutte contre le changement climatique et respecte le principe de la décentralisation qui est une priorité du gouvernement. Modibo Sacko a, au nom du ministre, rassuré de l’accompagnement du département de l’Environnement à toute initiative de lutte contre le changement climatique.
Quant au directeur de international relief and développement (IRD/Blumont), David Edwards Benafel, il a expliqué que le projet Waati Yelema Labenw aura une approche communautaire et s’articulera autour des stratégies visant à soutenir la résilience des communautés au changement climatique. Il s’agit précisément de leur donner des moyens d’utiliser l’information climatique pour prendre des décisions de gestion concernant leurs activités de subsistance afin de réduire les risques, d’augmenter les actifs de production et de renforcer les activités de micro entreprises des personnes vulnérables.
Pour la représentante de l’ambassade du Royaume-Uni, Mme Mallé Fatoumata Garika, des plans bien conçus qui mettent l’accent sur le renforcement de la résilience seront essentiels pour défendre les gains de développement et prévenir les crises. Elle a rassuré de l’accompagnement du Royaume-Uni qui œuvrera pour prendre en compte les risques climatiques futurs et se concentrera sur l’amélioration de la compréhension et la gestion des risques et de leur rôle central dans le renforcement de la résilience.
Waati Yelema Labenw est financé dans le cadre du programme Braced-X par UKaid et mis en œuvre par un consortium d’organisations partenaires comprenant AMASSA Afrique verte, ICRISAT, CCAFS et IRD-Blumont. Il fait appel à d’autres structures pour les prestations et les services techniques spécifiques. Le projet cible 31 000 personnes dans 30 villages de dix communes des Régions de Mopti, Ségou et Koulikoro.
Anne-Marie KÉITA

 

Source: Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.