Environnement : Prendre soin des arbres, c’est sauver l’humanité

Les arbres jouent un rôle prépondérant dans l’univers pour ne même pas dire  qu’ils font vivre les hommes à travers non seulement leur service de fourniture d’oxygène grâce à la photosynthèse, mais aussi de la protection humaine. Alors, il convient de prendre soin de ce végétal puisque c’est la vie.

Les arbres occupent une place importante dans l’univers

Les arbres servent tout d’abord de refuges pour beaucoup d’espèces sauvages indispensables pour la survie de l’humanité. Les oiseaux fabriquent leurs nids dessus, d’autres se nourrissent de leurs fruits. Ils servent aussi de perchoir pour beaucoup d’oiseaux qui se reproduisent dessus. C’est pourquoi un célèbre adage bambara nous enseigne : « Quand le grand arbre tombe, tous les oiseaux s’enfuient. » Cela montre toute la place centrale que ce végétal occupe dans le monde.

Du côté des humains, les arbres sont utilisés dans beaucoup de travaux comme la fabrication des pirogues, des lits, des bibliothèques, des armoires, en plus de leur fourniture d’ombre, etc. Des objets de valeur indispensables pour la vie en société sont issus de fabrication provenant de cette substance précieuse qui devient pourtant un métal rare. Au Mali, présentement, les menuisiers sont dans l’obligation de transporter leur bois de l’étranger.

Outre tous ceux-ci, les fruits de beaucoup de ces arbres servent de nourriture ou de dessert. Tels sont le cas des papayers, des manguiers, des nérés, des orangers, des jujubes, etc.

Ils peuvent servir également de potion. L’écorce, les racines, les feuilles de beaucoup de ces arbres sont utilisées dans beaucoup de pays comme médicaments. Les détenteurs de pharmacopées en savent assez dans ce domaine.  Cette pratique est d’ailleurs fréquente en Afrique et surtout en Afrique traditionnelle où la médecine traditionnelle était en vogue.

À travers la photosynthèse également, les arbres absorbent de la lumière solaire pendant le jour et la transforment en substances nourricières. Ils envahissent la terre d’oxygène pendant le jour tout en rejetant du CO2 pendant la nuit.

« Les végétaux ont un rôle important sur la terre. Les plantes sont les seuls êtres vivants qui développent des substances organiques à partir d’éléments puisés dans le sol (les minéraux). Et en libérant de l’oxygène dans l’atmosphère, la photosynthèse a permis l’évolution des êtres vivants. Ce sont les végétaux qui maintiennent le taux d’oxygène dans l’atmosphère terrestre : le poumon vert de la terre», lit-on sur le site des arboristes grimpeurs (http://www.allo-olivier.com/Elagage/Arbre_4.html).

Le réchauffement climatique tape à la porte

Toutes ces activités ne sont pas sans conséquence. Nous constatons de plus en plus une raréfaction des arbres notamment au Mali. Cela, à cause de la coupe abusive des bois pour des besoins bien déterminés comme nous venons de l’indiquer. L’utilisation acharnée de la médecine traditionnelle utilisant les feuilles, les écorces, voire les racines de ces arbres à contribuer en grande partie à leur disparition. Cela reste de même pour tous les autres usages notamment l’utilisation des bois de chauffe, du charbon à bois, etc.

Comme corollaire de cette disparition, nous faisons face à la désertification. Le « Tyran rouge », le réchauffement climatique, est devenu un problème de survie de l’humanité. Ce facteur est ce qui explique également l’avancée du désert, la montée des eaux, l’augmentation des inondations, la fonte des glaciers, etc. Bref, beaucoup de catastrophes naturelles, aujourd’hui, relèvent de cette rareté des arbres. Lors d’une de nos tournées dans la région de Ségou, précisément dans la région de Ségou, cercle de Barouéli, arrondissement de Sanando, nous avons eu une discussion autour de ce phénomène qui rend aujourd’hui ce village pratiquement invivable à cause des vents chauds et poussiéreux. Selon le jeune Samba Sissoko, Tailleur dans ladite localité, la manière dont ce vent souffle constitue une preuve palpable de ce réchauffement climatique causé chez eux par l’absence d’arbre. Pire, dit-il, le soleil devient de plus en plus accablant. « J’ai pitié de nos animaux », déplore-t-il.

Outre toutes ces conséquences, nous faisons face à une disparition des grands animaux de nos forêts. Jadis, nous ont raconté les vieilles personnes, nos forêts abritaient toute sorte de félins, mais de nos jours, que de nostalgie parce qu’ils n’ont plus d’abris sûrs.

Nous devons entretenir les arbres pour la survie de l’humanité

Vu toute l’importance des arbres pour l’humanité et toutes les conséquences qu’entraine leur absence,  il convient de les entretenir en plantant immensément beaucoup d’arbres, mais aussi en cessant la coupe abusivement du bois. Mettons à l’épreuve ce proverbe africain : « Qui a planté un arbre n’a pas vécu inutilement ». Mais à ce niveau, Moussa Coulibaly, enseignant dans une école communautaire du Mali, nous a fait savoir: « Demander que tout le monde plante des arbres pour compenser le fossé des arbres coupés revient à exiger à tout un chacun de planter l’équivalent des arbres qu’il a coupé. Alors, l’essentiel n’est pas de planter, mais d’entretenir. Comment entretiendrons-nous tous ces pieds d’arbres que nous aurons à planter ? » se demande-t-il.

Toutefois, face à l’avancée du désert ou encore la désertification, la disparition totale de la faune, des flores intéressantes, l’humanité a intérêt à changer de comportement envers la flore.

Les feux de brousse détruisent non seulement les jeunes arbres, mais appauvrissent également le sol. À cet effet, nous devons contrôler nos pratiques envers la nature sinon même l’agriculture cessera d’être une pratique rentable pour l’humanité.

Enfin, il convient pour la protection de l’environnement que les États s’impliquent davantage en appliquant strictement les normes établies en matière de protection environnementale. Les arbres, particulièrement, contribuent énormément dans la survie de l’humanité et dans le maintien de la température terrestre.

Fousseni TOGOLA

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *